La révolution numérique met-elle en péril notre civilisation ?

Publié en septembre 2021
Télécharger le PDF Consulter le document

Professeur de sociologie à l’Université de Paris. Membre de l’Académie des technologies et de l’Académie nationale de médecine. Auteur d’une dizaine d’ouvrages dont « La Démocratie des crédules » (PUF, 2013) et l’ « Apocalypse cognitive » (PUF, 2021)

Publication suivante

Notre « disponibilité mentale » n’a jamais été aussi grande ; l’information n’a jamais été aussi abondante, ni la possibilité de s’exprimer dans l’espace public aussi équitablement répartie.

D’où vient alors le danger ? De ce que la dérégulation du marché des idées « ne favorise pas la rationalité », bien au contraire ! Dans un univers cognitif de plus en plus concurrentiel, l’offre tend à s’indexer sur « la demande potentielle d’information ». Or cette demande relève moins de la raison que des « grandes obsessions de notre espèce » que sont la sexualité, l’égocentrisme, la peur et la conflictualité.

Sur Internet, relève Gérald Bronner, « les fausses informations sont six fois plus virales que les vraies » tout en étant « mieux mémorisées ». De là, découle une « démagogie cognitive » renforcée par des biais cognitifs bien connus mais redoutables, dont le « biais de confirmation ». « Nous cherchons les informations qui vont dans le sens de nos attentes », si bien que chacun a tendance à s’enfermer dans une « bulle cognitive », où tout lui donne raison.

Ce qui nous menace ? La « post-vérité », l’obscurantisme, le populisme. À nous de savoir susciter un désir de raison, donc aussi (contre toutes les aliénations) de liberté ! C’était l’idéal des Lumières, notamment chez Diderot, et c’est le nôtre.

0

Vous pourriez aussi être intéressés par

Charger plus de Tweets