Retour d’une rémunération négative de l’épargne.

Publié en 2012
Jean-Claude Seys Président de l'Institut Diderot, fondateur et vice-président du groupe Covéa qui réunit les mutuelles d’assurance MAAF, MMA et GMF.

Les taux d’intérêts des emprunts d’État fluctuent entre 3 et 3, 50 % l’an.

Les impôts forfaitaires et prélèvements sociaux sont désormais fixés à 37, 5 %, ce qui laisse une rémunération nette d’impôt de 1, 8 à 2, 2 %.

L’inflation a atteint, en 2011, 2, 5 % et les perspectives, au sortir de la crise, dont on peut espérer qu’elle interviendra avant l’échéance des emprunts, sont plutôt à la hausse.

La rémunération nette de l’inflation est donc négative, de 0, 7 à 0, 3 %, ceci avant l’ISF. Les taux du nouveau barème de l’ISF étant pour l’instant, et sans doute à titre très provisoire, de 0, 25 ou 0, 50%. au total, pour la majorité des investisseurs, la rémunération nette s’avère donc négative de 0, 5 à 1, 2 %… avant toute nouvelle augmentation d’impôt et envol de l’inflation.

P.S. Désormais, une première augmentation des prélèvement sociaux est devenue certaine, faisant passer le total de 37, 5 à39, 5 % des intérêts.

Articles précédents

Sauver la planète

16 Mai 2019

La planète terre est en danger. Chaque jour des voix s’élèvent pour le déclarer comme si elles venaient d’en accueillir la révélation et se sentaient investies de l’organisation de nouvelles croisades. Mais que veut dire, au fond, « sauver la planète » ? S’agit-il de sauver la terre ou ses habitants ? La première est […]

Le terrorisme

15 Avr 2019

La lutte contre le terrorisme, quelle qu’en soit l’origine, apparaît au grand public comme un combat pour la sécurité immédiate et ses exigences ne sont acceptées que pour cette raison. Si le terrorisme fait beaucoup trop de victimes, par construction innocentes, le véritable enjeu n’est cependant pas là : dans un monde qui tend vers […]