Retour d’une rémunération négative de l’épargne.

Publié en 2012
Jean-Claude Seys Président de l'Institut Diderot, fondateur et vice-président du groupe Covéa qui réunit les mutuelles d’assurance MAAF, MMA et GMF.

Les taux d’intérêts des emprunts d’État fluctuent entre 3 et 3, 50 % l’an.

Les impôts forfaitaires et prélèvements sociaux sont désormais fixés à 37, 5 %, ce qui laisse une rémunération nette d’impôt de 1, 8 à 2, 2 %.

L’inflation a atteint, en 2011, 2, 5 % et les perspectives, au sortir de la crise, dont on peut espérer qu’elle interviendra avant l’échéance des emprunts, sont plutôt à la hausse.

La rémunération nette de l’inflation est donc négative, de 0, 7 à 0, 3 %, ceci avant l’ISF. Les taux du nouveau barème de l’ISF étant pour l’instant, et sans doute à titre très provisoire, de 0, 25 ou 0, 50%. au total, pour la majorité des investisseurs, la rémunération nette s’avère donc négative de 0, 5 à 1, 2 %… avant toute nouvelle augmentation d’impôt et envol de l’inflation.

P.S. Désormais, une première augmentation des prélèvement sociaux est devenue certaine, faisant passer le total de 37, 5 à39, 5 % des intérêts.

Articles similaires

Pour un compte personnel des flux entre le citoyen et l’État

15 Jan 2019

La fiscalité est toujours une source de frustration pour le citoyen qui voit disparaître à travers elle une partie de ce qu’il a eu tant de mal à gagner. Un citoyen libre veut l’être non seulement de ses pensées et de ses actions, mais aussi de l’emploi de son revenu, ce dont le privent l’impôt […]

Le choix du cap, base de l’efficacité

11 Jan 2019

Le niveau de vie des Français est un des plus élevé du monde ; néanmoins la révolte des gilets jaunes démontre qu’il y a beaucoup d’insatisfaction, davantage apparemment que dans beaucoup de pays objectivement moins prospères. Il est vrai qu’on manque d’emplois, même si d’aucuns s’en accommodent et préfère le chômage à des emplois peu gratifiants ; […]