S'inscrire à notre newsletter

Les limites de la spécialisation

Publié en mai 2023
Président de l'Institut Diderot, fondateur, président du groupe d’édition Humensis et président d’honneur du groupe Covéa qui réunit les mutuelles d’assurance MAAF, MMA, GMF et PartnerRe.

Le monde apparaît de plus en plus complexe. C’est partiellement un ressenti tenant au fait qu’on en voit mieux les complexités. Mais les choses se compliquent aussi réellement en raison de la multiplication des structures, des artefacts et surtout de l’interconnexion de tout, qui imposerait une intelligence infinie pour l’appréhender en tant que système alors que la complexité conduit à une approche des choses hyperspécialisée.

La spécialisation a d’abord concerné le savoir dont l’esprit humain ne peut embrasser qu’une fraction décroissante à mesure qu’il progresse. On a ainsi vu le cardiologue succéder au médecin généraliste, puis les spécialités de la rythmologie, de l’angiologie, de la phlébologie et de la cardiologie pédiatrique ou congénitale prendre le relais en attendant des spécialités plus pointues encore. Toutes les disciplines ont suivi le même cheminement.

La spécialisation a permis d’immenses progrès, mais elle provoque des difficultés croissantes tenant à l’insuffisante prise en compte des relations de la partie avec le tout, lequel peut d’ailleurs s’entendre à différents niveaux. Par exemple prendre en compte globalement la personne lorsque l’on soigne une de ses fonctions ou un de ses organes, ou encore accueillir à l’hôpital un malade mental atteint d’un cancer.

Désormais elle concerne toutes les activités, même les tâches dont la simplicité se situe bien en-deçà des capacités humaines d’appréhension les plus courantes. Elle est devenue un trait culturel, y compris dans les domaines dont la vocation première devrait être une approche globale des problèmes, comme en politique : les décideurs prétendent résoudre les problèmes de la société par une succession de décisions ponctuelles sans considération de leurs effets collatéraux.

Ainsi la politique sociale des gouvernements vise à aider nos concitoyens les plus pauvres, mais des ministres prennent simultanément des décisions qui les frappent particulièrement, sans l’avoir voulu mais aussi sans que quiconque ne s’en soucie : les taxes sur le tabac  pour des raisons de santé publique, l’augmentation du prix du gasoil et l’interdiction de louer des passoires thermiques pour des raisons écologiques, la taxe sur les complémentaires maladies pour des raisons budgétaires, l’extension du contrôle technique sur les voitures âgées pour des raisons de sécurité routière, etc.…

Autre exemple : Pour accueillir chaque année quelques centaines de milliers d’habitants supplémentaires, rattraper le retard qualitatif du parc immobilier, faire face aux migrations internes, on appelle à la construction de nouveaux logements et des avantages fiscaux sont consentis dans ce but aux investisseurs, mais on réduit le financement des HLM pour des raisons budgétaires, on taxe les propriétaires privés de l’IFI pour des raisons idéologiques, on interdit l’artificialisation des sols pour des raisons écologiques sans tenir compte des migrations entre les régions, de l’intérieur vers la mer et des centres urbains vers la périphérie, etc.…

Globalement, le résultat est parfaitement aléatoire, personne ne prenant la peine de faire une synthèse.

Alors que la vie est toujours le résultat d’équilibres complexes, le spécialiste ne voit qu’une seule force dont le prolongement conduit à la catastrophe. Du haut de son savoir, il considère sa spécialité comme la clé de voûte de toute chose et fulmine dans la presse des injonctions aux gouvernements sur ce qu’il convient de faire, contribuant ainsi à la perte de confiance de nos concitoyens envers les sachants.

L’avènement de l’intelligence artificielle devrait permettre de remédier partiellement à cette situation, car si celle-ci est limitée dans sa créativité, elle excelle dans l’analyse et la synthèse d’une base de données, offrant à tout spécialiste qui le souhaite, la possibilité de connaître ce qui importe à son travail et qu’il continuerait à ignorer s’il devait faire lui-même la recherche documentaire et son analyse.

2

Vous pourriez aussi être intéressés par

Le blog de Jean-Claude Seys 11 2016

Une méthode pour échouer

On se lasserait de répéter sans fin que le monde est très complexe et qu’aucun problème ne peut être résolu par une approche simpliste si […]

Lire la suite
Le blog de Jean-Claude Seys 02 2013

Tout se complique

La complexité comme caractéristique du monde moderne est un concept désormais largement reconnu; pour autant ,elle est rarement prise en compte et on la maîtrise […]

Lire la suite
Le blog de Jean-Claude Seys 06 2012

Le défi de la complexité

Les électeurs ont eu le sentiment, pendant la campagne électorale, que les programmes politiques ne répondaient pas à leurs attentes. La cause en est la […]

Lire la suite
Le blog de Jean-Claude Seys 12 2011

Services et balances des paiements

On considère habituellement que l’essentiel du développement économique à venir se fera dans le domaine des services. Ceux-ci offrent une valeur ajoutée plus importante et […]

Lire la suite
Le blog de Jean-Claude Seys 05 2011

Insatisfactions

Jamais les clients n’ont été autant célébrés comme « rois » dans le discours commercial. Jamais les personnes qu’on est amené à croiser à un titre ou […]

Lire la suite

Suivez-nous sur Twitter

|PRESSE|
✅La #prospective ne s'use que si on ne s'en sert pas.
✅ Dans @LesEchos, l’éditorial de @cyberguerre
✅Les travaux de prospective n'ont jamais été autant disponibles. Mais sans réel impact sur les décisions politiques, regrette Nicolas Arpagian.

Image for twitter card

La prospective ne s'use que si on ne s'en sert pas

Conjoncture, nouvelles menaces, innovations technologiques… les travaux de prospective n'ont jamais été autant disponibl...

www.lesechos.fr

|PUBLICATION|🆕
✅#Lavenirduféminisme ♀️
✅En avant-première de la publication de son prochain ouvrage, @CarolineFourest nous fait l’amitié de répondre à nos questions et dresse, pour l’@InstitutDiderot , un état des lieux du #féminisme contemporain🔽
via

L'avenir du féminisme

Les combats féministes du siècle dernier, foncièrement universalistes et laïques, avaient pour objectif l’émancipatio...

issuu.com

|#Mémoire|
✅ En ce #8mai2023, nous célébrons les 78 ans de la capitulation du régime nazi, le #8mai1945 (le 9 mai en Russie), et nous pensons à toutes celles et ceux qui se sont battus pour la Liberté🇫🇷
✅ Bon #8Mai à tous !

|BLOG|
✅ Le billet d'humeur de Jean-Claude Seys
✅#Diversité & #Démocratie.
✅ Il est de plus en plus difficile, dans notre pays, d’obtenir le consensus d’une majorité de citoyens sur une orientation politique quelle qu’elle soit.
via @InstitutDiderot

Image for twitter card

Diversité et démocratie - Institut Diderot

Il est de plus en plus difficile, dans notre pays, d‘obtenir le consensus d‘une majorité de citoyens ...

www.institutdiderot.fr

|PRESSE|
✅ Quel est le rôle d’un chef d’#entreprise❓
✅ Dans @Challenges, l’éditorial d'#AndréComteSponville.
✅ Ce n’est pas la comptabilité ou l’arithmétique qui fait les bons patrons. La psychologie importe autant ou davantage.
✔️#entreprise
✔️#patronat

|PUBLICATION|🆕
✅Les échecs de la #vulgarisationscientifique🧠
✅La #science en otage de la #postvérité & de la #désinformation⚠️
✅Les exemples ne manquent pas : #nucléaire #climat #vaccin #OGM #5G…
✅Pour @InstitutDiderot, l’analyse de @EtienneKlein.

Petit plaidoyer matutinal pour l’organisation d’assises nationales de la diffusion de la culture scientifique.

Petit plaidoyer matutinal pour l’organisation d’assises nationales de la diffusion de la culture scientifique.

Étienne Klein : "La connaissance est une affaire publique. Mais la vulgarisation ne fonctionne qu'auprès de ceux auprès de qui elle fonctionne, c'est un truisme. Alors, la vulgarisation n'est plus seulement un projet culturel, mais politique." #le7930inter

Charger plus de Tweets