Le terrorisme a bon dos

Publié en mars 2015

Président de l'Institut Diderot, fondateur et vice-président du groupe Covéa qui réunit les mutuelles d’assurance MAAF, MMA et GMF.

Le Gouvernement a décidé, au motif de lutter contre le terrorisme, d’interdire les paiements en liquide de plus de 1 000 euros. Le motif est nouveau, mais la mesure identique à celle proposée par Jean-Marc Ayrault il y a deux ans contre la fraude fiscale et oubliée, à l’époque, du fait de l’allergie de nos concitoyens à la fiscalité.

La lutte contre le terrorisme est légitime et impliquera d’inévitables désagréments pour les citoyens. Il faut craindre néanmoins qu’elle ne serve de justification à de multiples atteintes à leur liberté, avec des objectifs bien éloignés de la lutte contre le terrorisme.

Il faut rappeler que celle-ci avait déjà justifié la création de Tracfin. Or l’utilité de cet organisme dans la lutte contre le terrorisme s’est avérée à ce jour à peu près nulle. En revanche, Tracfin a contribué de façon significative à la poursuite de petits délits, notamment fiscaux, déjà combattus par d’autres moyens.

« Big brother » se développe. Derrière les discours protecteurs, l’action des pouvoirs publics va dans le sens contraire : les paiements intermédiés alimentent des banques de données dont l’exploitation expose leurs auteurs à des actions marketing importunes.

0

Vous pourriez aussi être intéressés par

Sur le changement
05 2021

Sur le changement

Dans les sociétés modernes, le changement est devenu une valeur en soi et un synonyme de progrès, aussi la résistance au changement est-elle considérée comme […]

Lire la suite
Le blog de Jean-Claude Seys
01 2021

Et si la pandémie s’installait durablement ?

Depuis près d’un an, les spéculations alarmistes entretiennent inquiétudes et pessimisme de manière excessive. L’industrie pharmaceutique a conçu plusieurs types de vaccins en un temps […]

Lire la suite
Le blog de Jean-Claude Seys
01 2021

Qui va payer la note ?

En 2020 le Produit Intérieur Brut de la France a baissé d’environ dix pour cent. Cela signifie que la richesse produite a diminué de deux […]

Lire la suite
Le blog de Jean-Claude Seys
10 2020

Être où ne pas être

La crise sanitaire, due au coronavirus, a provoqué une accélération du travail à distance. Mais cette évolution était déjà en cours et s’inscrivait dans un […]

Lire la suite
Le blog de Jean-Claude Seys
10 2020

Tous coupables ?

Une habitude se répand dans la société française consistant à condamner les « incivilités », pour reprendre l’expression désormais consacrée, tout en évitant d’en désigner les responsables. […]

Lire la suite
Le blog de Jean-Claude Seys
09 2020

Crise sanitaire : la cascade de conséquences

Les conséquences de la pandémie du Covid-19 sont de plusieurs ordres : sanitaire, économique et sociale, mais également psychologique. La crise sanitaire a été cruelle et […]

Lire la suite
Charger plus de Tweets