Désordres

Publié en mai 2019

Président de l'Institut Diderot, fondateur et vice-président du groupe Covéa qui réunit les mutuelles d’assurance MAAF, MMA et GMF.

Le monde apparaît en plein désordre, partout et à quelque niveau qu’on le considère, du local au planétaire. Il en résulte beaucoup d’anxiété, de colère et de dépression. Cet état peut résulter de situations objectives : il est naturel que de pauvres paysans bousculés par les aléas climatiques se désespèrent. Dans nombre de cas toutefois, notamment lorsqu’il s’agit de colère, la cause n’en apparaît pas naturelle mais voulue par des hommes ou au minimum résulter de leur inaction.

Quand on regarde l’histoire à la loupe, on voit qu’à côté des faits qui en ont constitué la trame ont existé à toute époque une multiplicité de choix possibles qui ont été autant de raisons de s’opposer et pour les perdants oubliés de l’histoire, d’éprouver les mêmes sentiments d’angoisse, de colère ou de résignation triste qu’aujourd’hui.

Il y a incontestablement des périodes plus difficiles que d’autres, comme les grandes guerres, ou plus heureuses au contraire, comme les périodes de reconstruction et de prospérité qui souvent leur succèdent ; mais au-delà des différences d’intensité, la sensation de ne pas contrôler l’avenir est permanente ; les maux d’aujourd’hui, dans bien des cas, sont davantage perçus que réels par comparaison au passé ; ils ne correspondent pas à une dégradation réelle mais au retour à des situations historiques, la violence en particulier. On a pu calculer que le XXe siècle, malgré les guerres, les purges staliniennes et les drames chinois ont été parmi les temps les moins violents de l’histoire. C’est encore plus vrai en ce début du XXIe siècle. L’accroissement des violences internationales ou civiles n’est donc pas une dégradation par rapport à une norme, mais plutôt un retour limité à des pratiques courantes tout au long de l’histoire.

Ce n’est pas une raison pour s’en satisfaire, mais pour apprécier les situations qui en sont momentanément ou localement préservées.

0

Vous pourriez aussi être intéressés par

Sur le changement
05 2021

Sur le changement

Dans les sociétés modernes, le changement est devenu une valeur en soi et un synonyme de progrès, aussi la résistance au changement est-elle considérée comme […]

Lire la suite
Le blog de Jean-Claude Seys
02 2021

Le chaos

Les commentaires sur l’actualité donnent l’impression que le monde vit dans le chaos et qu’il s’agit là de la conséquence de l’incompétence des gouvernants. En […]

Lire la suite
Le blog de Jean-Claude Seys
01 2021

Et si la pandémie s’installait durablement ?

Depuis près d’un an, les spéculations alarmistes entretiennent inquiétudes et pessimisme de manière excessive. L’industrie pharmaceutique a conçu plusieurs types de vaccins en un temps […]

Lire la suite
Le blog de Jean-Claude Seys
01 2021

Qui va payer la note ?

En 2020 le Produit Intérieur Brut de la France a baissé d’environ dix pour cent. Cela signifie que la richesse produite a diminué de deux […]

Lire la suite
Le blog de Jean-Claude Seys
12 2020

Retour à la normale

Tout le monde attend avec impatience la fin de la pandémie et le retour à une situation comparable à l’avant crise. Il est évident que […]

Lire la suite
Le blog de Jean-Claude Seys
10 2020

Être où ne pas être

La crise sanitaire, due au coronavirus, a provoqué une accélération du travail à distance. Mais cette évolution était déjà en cours et s’inscrivait dans un […]

Lire la suite
Charger plus de Tweets