Des morts sans importance

Publié en mars 2019

Président de l'Institut Diderot, fondateur et vice-président du groupe Covéa qui réunit les mutuelles d’assurance MAAF, MMA et GMF.

Pour la morale, le droit  et dans le discours politiquement correct, toutes les vies se valent.

Dans la réalité, l’opinion n’accorde évidemment pas la même importance à tous et exprime une émotion très variable selon les cas.

La personnalité du de cujus explique partiellement ces différences : la mort d’une jeune victime et celle de son assassin, celle d’un adolescent en pleine santé et celle d’un centenaire grabataire provoquent des sentiments différents, voire opposés.

La notoriété compte beaucoup : la mort d’une personne n’est déplorée que par des personnes qui la connaissent et la notoriété élargit naturellement ce nombre mais, étonnamment, renforce  aussi l’intensité de l’émotion : quand meurt un « people » on ne peut qu’être impressionné par le désespoir de milliers de personnes qui ne l’ont qu’entrevu sur leur écran de télévision.

D’autres facteurs comptent également dans l’émotion publique. La mort d’une personne donnée ne suscite pas la même émotion selon qu’elle est due à un événement naturel ou qu’on peut en attribuer, à tort ou à raison, la cause à un éventuel responsable : celui qui se jette, par désespoir, sous un train, laisse indifférent, pas si sa mort peut être imputée à la SNCF.

Le caractère spectaculaire, voire inédit, des conditions du décès interviennent également, car il suscite l’intérêt des médias qui diffusent la nouvelle et déterminent le degré d’empathie du public : un prêtre égorgé dans une église fait la une des journaux, sa mort à la suite d’une chute dans un escalier n’inspire qu’une mention dans la rubrique nécrologique du journal local.

L’émotion dans ce cas est portée par la cause de la mort – le terrorisme – plus que suscitée par la victime, chacun peut s’imaginer en victime potentielle et se sent personnellement concerné, voire menacé.

La dizaine de morts dans les manifestations des gilets jaunes n’a suscité aucun intérêt : personnes anonymes, circonstances banales et peu spectaculaires, bien pâles pour les médias alimentés pendant des semaines par les commentaires d’une quasi révolution : si encore ils étaient morts de l’éclat d’une grenade lancée par les forces de l’ordre, ils seraient devenu les héros de la révolution et auraient droit à tous les honneurs, mais victimes banales et donc méprisables de cette même révolution, l’omission, l’oubli sont les meilleurs services que les médias puissent leur réserver sans compromettre la poursuite du feuilleton qui les alimente.

0

Vous pourriez aussi être intéressés par

Sur le changement
05 2021

Sur le changement

Dans les sociétés modernes, le changement est devenu une valeur en soi et un synonyme de progrès, aussi la résistance au changement est-elle considérée comme […]

Lire la suite
Le blog de Jean-Claude Seys
02 2021

Le chaos

Les commentaires sur l’actualité donnent l’impression que le monde vit dans le chaos et qu’il s’agit là de la conséquence de l’incompétence des gouvernants. En […]

Lire la suite
Le blog de Jean-Claude Seys
12 2020

Retour à la normale

Tout le monde attend avec impatience la fin de la pandémie et le retour à une situation comparable à l’avant crise. Il est évident que […]

Lire la suite
Le blog de Jean-Claude Seys
10 2020

Être où ne pas être

La crise sanitaire, due au coronavirus, a provoqué une accélération du travail à distance. Mais cette évolution était déjà en cours et s’inscrivait dans un […]

Lire la suite
Le blog de Jean-Claude Seys
10 2020

Tous coupables ?

Une habitude se répand dans la société française consistant à condamner les « incivilités », pour reprendre l’expression désormais consacrée, tout en évitant d’en désigner les responsables. […]

Lire la suite
Le blog de Jean-Claude Seys
08 2020

Évolution du taux de mortalité

Ce n’est pas un sujet dont on parle beaucoup et très peu de personnes connaissent l’ordre de grandeur du nombre de décès annuel en France. […]

Lire la suite
Charger plus de Tweets