Le terrorisme a bon dos

Publié en 2015
Jean-Claude Seys Président de l'Institut Diderot, fondateur et vice-président du groupe Covéa qui réunit les mutuelles d’assurance MAAF, MMA et GMF.

Le Gouvernement a décidé, au motif de lutter contre le terrorisme, d’interdire les paiements en liquide de plus de 1 000 euros. Le motif est nouveau, mais la mesure identique à celle proposée par Jean-Marc Ayrault il y a deux ans contre la fraude fiscale et oubliée, à l’époque, du fait de l’allergie de nos concitoyens à la fiscalité.

La lutte contre le terrorisme est légitime et impliquera d’inévitables désagréments pour les citoyens. Il faut craindre néanmoins qu’elle ne serve de justification à de multiples atteintes à leur liberté, avec des objectifs bien éloignés de la lutte contre le terrorisme.

Il faut rappeler que celle-ci avait déjà justifié la création de Tracfin. Or l’utilité de cet organisme dans la lutte contre le terrorisme s’est avérée à ce jour à peu près nulle. En revanche, Tracfin a contribué de façon significative à la poursuite de petits délits, notamment fiscaux, déjà combattus par d’autres moyens.

« Big brother » se développe. Derrière les discours protecteurs, l’action des pouvoirs publics va dans le sens contraire : les paiements intermédiés alimentent des banques de données dont l’exploitation expose leurs auteurs à des actions marketing importunes.

Articles précédents

La lettre, le chiffre et l’assiette

18 Fév 2019

L’intelligence humaine fonctionne à partir de mots, de symboles, de concepts et de modèles, c’est-à-dire de représentations de la réalité : ces représentations sont plus ou moins fidèles : une équation mathématique peut décrire parfaitement et sans ambiguïté un phénomène : un mot ou un symbole permettent d’identifier une réalité par certaines dimensions, mais peuvent correspondre à des […]

Élitisme et démocratie

6 Fév 2019

Les manifestations des gilets jaunes suscitent fréquemment, dans la partie la plus favorisée de la population, des commentaires ironiques sur la prétention du bas peuple d’avoir un avis sur les affaires de l’État, dont la complexité lui échappe totalement. C’est une idée récurrente, chaque fois que le peuple demande quelque chose. Elle appelle plusieurs remarques : […]