Comptabilité

Publié en 2016
Jean-Claude Seys Président de l'Institut Diderot, fondateur et vice-président du groupe Covéa qui réunit les mutuelles d’assurance MAAF, MMA et GMF.

Les intellectuels et les bons esprits, ainsi que ceux qui se piquent de l’être, n’ont que dédain pour la comptabilité, cet art du boutiquier.

C’est oublier que la préoccupation du boutiquier a conduit à l’invention de l’écriture et, pour les politiques qu’elle a été l’un des outils à l’origine de la création d’entités politiques étendues et donc des Etats.

Plus regrettable encore, cela conduit à ignorer la base philosophique de la comptabilité : en économie, comme dans la nature en général, rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme. Il en découle qu’à tout actif correspond un passif, à tout débit un crédit de même montant.

L’actif est concret, le passif abstrait.

L’actif est présent, le passif passé ou futur. On peut s’emparer d’un actif, l’utiliser, le détruire. Le passif est un droit, un vecteur de pouvoir. On ne peut pas le saisir, tout au plus l’usurper. Le passif est un frein apporté par la civilisation à la prédation.

On comprend que la reconnaissance du passif et de sa consubstantialité à l’actif irrite les politiques puisqu’il limite leur pouvoir et rappelle l’existence qu’en face de tout ce qui existe il y a nécessairement un passif.

 

La comptabilité peut ne pas traduire la réalité, enregistrer l’actif sans le passif, enregistrer une production sans le passif représenté par les externalisatités.

Ce n’est pas une insuffisance de la technique, mais un mésusage délibéré d’un instrument fait pour comprendre le monde, utilisé pour en corrompre la perception, telle qu’on la connaît après des siècles d’évolution.

Articles similaires

Le déclin des États

11 Déc 2018

Les sociétés archaïques étaient simples : les clans étaient composés de sous-groupes – les hommes, les femmes, les prêtres, les guerriers par exemple – dont chacun avait ses règles et usages propres, mais ensemble ils formaient un tout ; un individu existait dans le tout à travers son groupe, lui-même indissociable de l’ensemble. Les sociétés modernes s’opposent […]

De l’idée au fait

11 Déc 2018

L’aptitude à la conceptualisation est dans la concurrence entre les hommes pour le pouvoir politique ou économique un avantage certain car elle favorise l’analyse du réel et la recherche de solutions aux problèmes, qui constitue l’essentiel du rôle des dirigeants. Mais ce processus de sélection a aussi un inconvénient dans la mesure où il crée […]