Dominique Méda

Nombre de contribution(s) : 2
Dominique Méda

Inspectrice générale des Affaires sociales, Professeur à l’Université Paris-Dauphine Titulaire de la chaire

« Reconversion écologique, travail, emploi, politiques sociales » au Collège d’Etudes Mondiales (CEM).

 

Dominique Méda

Dominique Méda est une philosophe et sociologue née en 1962 à Sedan. Énarque et normalienne, elle a été Inspectrice générale des affaires sociales et est l’auteur de nombreux ouvrages sur le monde du travail, de la politique sociale, des indicateurs de richesse et des femmes.

Découvrez sa biographie, sa bibliographie et sa contribution pour notre institut sur notre site.

 

Biographie de Dominique Méda

Dominique Méda est née le 17 juillet 1962 à Sedan. Elle fait ses études secondaires au lycée Pierre Bayle, puis entre en hypokhâgne et khâgne au lycée Henri-IV, à Paris. En 1985, elle rentre à l’École normale supérieure à Sèvres, puis étudie à l’École normale d’administration pour en ressortir agrégée de philosophie. Elle devient par la suite, en 1989, membre de l’Inspection Générale des Affaires Sociales (IGAS) et devient donc inspectrice générale des affaires sociales. Pendant six ans, elle exerce ce métier, puis en 1995, elle devient également responsable de la Mission animation à la Direction de l’Animation de la Recherche, des Études et des Statistiques (DARES), pour une durée de dix ans, jusqu’en 2005. En 1996, Dominique Méda est l’une des chercheuses qui élaborent les thèses sur lesquelles se base le mouvement Utopia à sa création.

En 2005, elle cesse d’être responsable de la Mission animation afin de devenir directrice de recherche au Centre d’études de l’emploi. Elle va poursuivre en parallèle des études de sociologie à l’Université Toulouse-Jean-Jaurès, et en 2009, elle obtient une habilitation universitaire en sociologie. Elle fonde l’année précédente le Forum pour d’autres indicateurs de richesse, en compagnie de Jean Gadrey, Florence Jany-Catrice, Georges Menahem et Patrick Viveret. Elle en devient par la suite co-présidente, en 2012.

En 2011, Dominique Méda entre à l’Université Paris-Dauphine comme professeur, et devient la même année directrice de l’Institut de recherches interdisciplinaires en sciences sociales, et enfin, titulaire de la chaire « Reconversion écologique, travail, emploi et politiques sociales » au Collège d’études mondiales.

Ensuite, en 2012, elle s’engage dans le lancement du collectif Roosevelt, et l’année suivante, apparaît aux côtés de Pierre Larrouturou lors du lancement du parti politique Nouvelle Donne.

En 2017, elle devient conseillère de Benoît Hamon pour sa campagne présidentielle, après qu’il a emporté la primaire citoyenne de 2017. Elle déclarera plus tard ne pas être d’accord avec la totalité de ses avis politiques cependant. En 2018, elle s’affiche en soutien du collectif Européen Pacte Finance Climat qui soutenait une transition énergétique et environnementale plus rapide pour la France afin de lutter contre le réchauffement climatique. Enfin, elle tient une chronique mensuelle dans le journal Le Monde.

 

Bibliographie

Dominique Méda est l’auteur d’une trentaine d’ouvrages dont « Politiques sociales, en collaboration » (Editions Dalloz, 1994, rééd. 1997) co-écrit avec Marie-Thérèse Join-Lambert, Anne Bolot-Gittler, Christine Daniel et Daniel Lenoir.

Les ouvrages se suivront par la suite, d’abord sur le thème du travail avec « Le Travail. Une valeur en voie de disparition » (Editions Aubier, 1995, rééd. 1998), « Le partage du travail, Problèmes sociaux » (La Documentation française, 1997), « Travail, une révolution à venir » (Mille et une nuits, 1997).

Dominique Méda abordera ensuite le thème de « Qu’est-ce que la richesse » (Editions Aubier, 1999) puis « Le temps des femmes. Pour un nouveau partage des rôles » (Flammarion, 2002). Elle continuera à traiter du thème de travail la même année avec « Le salarié, l’entreprise, le juge et l’emploi », en collaboration avec Jean-Yves Kerbouc’h, Christophe Willmann et Rachel Beaujolin-Bellet, et « 35 heures : le temps du bilan » avec Bernard Bruhnes, Denis Clerc et Bernard Perret.

À partir de 2004, un livre au moins écrit par Dominique Méda sera publié chaque année, et parfois jusqu’à 3 ouvrages pourront sortir en une seule année. Si certains seront le fruit de son travail seul : « Au-delà du PIB. Pour une autre mesure de la richesse » (Champs-Actuel, 2008), « Travail, la révolution nécessaire » (Editions de l’Aube, 2010) ou « La mystique de la croissance. Comment s’en libérer ? » (Flammarion, 2013), la plupart seront issus de collaboration, tels que « Einstein avait raison : il faut réduire le temps de travail » avec Pierre Larrouturou, « L’âge de la transition. En route pour la reconversion écologie » (Editions Les petits matins, 2016) avec Dominique Bourg et Alain Kaufman, ou encore avec Sarah Abdelnour « Les nouveaux travailleurs des applis » (PUF, 2019) et avec Florence Jany-Catrice, « L’économie au service de la société. Autour de Jean Gadrey » (Les petits matins, 2019).

 

Contribution pour l’Institut Diderot

Pour le compte de l’Institut Diderot, Dominique Méda a réalisé une contribution intitulée « L’avenir du travail », dont vous pouvez retrouver plusieurs extraits sur notre site. Elle y aborde la question de la valeur du travail de nos jours, et fait suite à plusieurs ouvrages qu’elle a pu écrire par le passé.

Cette conférence a également été retranscrite et publiée en PDF sur notre site pour plus de convenance.

Ses contributions

logo Institut Diderot

L’avenir du travail

Dominique Méda
Dominique Méda

L’avenir du travail