L’avenir des humanités dans l’entreprise

Publié en mai,2011 Télécharger le PDF Consulter le document
Jean-François Pradeau Membre du Conseil d'orientation de l'Institut diderot. Professeur de philosophie antique à l’Université Lyon III, membre de l’Institut universitaire de France, directeur de la revue les Etudes Platoniciennes.
Publication suivante
Publication précédente

À de rares exceptions, les entreprises ont laissé les humanités à leur porte. Elles les demandent aujourd’hui, parce qu’elles ont besoin de collaborateurs qui sachent écrire.Dans un monde de service et d’information, où le temps de lecture et d’écriture est considérable, la formation « littéraire », sinon humaniste, devient indispensable. Les humanités entreront ainsi dans l’entreprise de deux manières. D’abord, par l’embauche de jeunes diplômés qui auront suivi des études de lettres ou de sciences humaines. Ensuite, par celle de diplômés de cursus autres que littéraires, au sein desquels il aura été fait place aux humanités.
L’École a fait des choix discutables. Elle ne les corrigera que lorsque les langues anciennes sortiront du giron confiné des options de second rang. Que les entreprises prennent donc la main en attendant. Nul n’est mieux placé qu’elles pour investir dans les humanités : elles ont les moyens d’agir sur les diplômes professionnalisants, sur la formation continue, ou bien à travers des fondations ou des fonds de dotation. Les entreprises paient pour leurs cadres des weekends de team building ; rien ne leur interdit de leur faire mieux connaître Athènes et Rome. C’est à la fois moins cher et plus utile.

Par Jean-françois PRADEAU

Vous pourriez aussi être intéressés par

logo Institut Diderot

De la nation universelle au territoire-monde

Marc Soléry
logo Institut Diderot

Cyber : quelle(s) stratégie(s) face à l’explosion des menaces ?

Jean-Louis GERGORIN Léo ISAAC-DOGNIN et
logo Institut Diderot

L’avenir du Pakistan

Ardavan Amir-Aslani
logo Institut Diderot

L’avenir de l’indépendance scientifique et technologique française

Gérard Longuet