L’avenir de l’indépendance scientifique et technologique française

Publié en mai,2020 Télécharger le PDF Consulter le document
Gérard Longuet

Sénateur, ancien ministre Président de l’Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques

Publication suivante

Accaparation de brevets scientifiques et techniques, espionnage industriel ou économique, transfert ou pillage technologique, la perte de souveraineté nationale liée au départ à l’étranger de technologies de pointe et d’entreprises des secteurs stratégiques est vécue comme un dramatique dessaisissement mettant à mal notre indépendance scientifique et technologique.

Aujourd’hui, notre pays ne dispose pas d’entreprises capables de se mesurer aux GAFAM américains ou aux géants chinois spécialisés dans la gestion et la collecte des données personnelles, tels Huawei ou Alibaba. Résultat, la France n’a aucune maîtrise des technologies les plus stratégiques en ce domaine.

Au début du mois de février 2020, Thierry Breton, le nouveau Commissaire européen au Marché intérieur et au Numérique, a martelé qu’il était « indispensable que l’Europe retrouve sa souveraineté technologique ».

Afin d’éviter d’être marginalisée, l’Europe se doit de remporter la nouvelle étape de la révolution numérique ; celle de la récolte, de la gestion et de l’analyse des données de secteurs aussi divers que l’industrie, les transports, l’énergie ou la santé.

Vous pourriez aussi être intéressés par

logo Institut Diderot

La transformation numérique de la défense française

Arnaud COUSTILLIÈRE
logo Institut Diderot

L’économie de demain : sociale, solidaire et circulaire ?

Géraldine Lacroix Romain Slitine et
logo Institut Diderot

L’intelligence artificielle n’existe pas

Luc Julia
logo Institut Diderot

Repenser l’habitat

Jacky Bontems Aude de Castet et