L’avenir de la prédiction

Publié en 2010
Henri Atlan Médecin, biologiste et philosophe, ancien chef du service de biophysique à l’hôpital de l’Hôtel Dieu, membre de 1983 à 2000 du Comité Consultatif National d’Éthique, il est directeur d’études à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales (Paris) et directeur du Centre de recherche en biologie humaine de l’hôpital universitaire d’Hadassah (Jérusalem). Pionnier des théories de la complexité et de l’auto-organisation du vivant, il est l’auteur de plus d’une dizaine d’ouvrages.
Publication suivante
Publication précédente

La sous détermination des modèles par les observations est une propriété des systèmes naturels complexes tels que ceux qu’étudient la biologie, l’écologie scientifique, les sciences du climat et les sciences humaines comme l’économie et la sociologie. En l’absence de possibilités d’expérimentations contrôlées répétées, le nombre d’observations disponibles est relativement petit par rapport au grand nombre de variables et de paramètres qui définissent un système complexe. Un bon modèle peut alors expliquer les observations mais plusieurs autres modèles tout aussi bons peuvent en général le faire alors qu’ils reposent sur des hypothèses différentes et conduisent éventuellement à des prédictions contradictoires. Le nombre d’observations disponibles n’est pas suffisant pour idéalement les éliminer tous sauf un.

par Henri ATLAN

Conférences similaires

Arnaud COUSTILLIÈRE

La transformation numérique de la défense française

Gaspard Gantzer

L’avenir de la communication politique

Pierre Beynet Frédéric De Brouwer Annabelle Mourougane , et

Le Royaume-Uni & L’U.E. après le brexit

Philippe Fossati François Marchand et

Burn-out : le mal du siècle ?