Cyber : quelle(s) stratégie(s) face à l’explosion des menaces ?

Publié en juillet,2020 Télécharger le PDF Consulter le document
Jean-Louis GERGORIN Léo ISAAC-DOGNIN et Ancien chef du Centre d’Analyse et de Prévision du Quai d’Orsay, ancien membre du comité exécutif d’EADS, Chargé de cours à Sciences Po Paris, coauteur de « Cyber la guerre permanente » (Le Cerf). Chef de projet IA & Big data chez Capgemini Invent, enseignant à Sciences Po Paris, co-auteur de « Cyber la guerre permanente » (Le Cerf).
Publication suivante
Publication précédente

Le cyber n’est pas une guerre au sens classique, avec déclaration, drapeaux, tambours et décorations. C’est un combat de l’ombre, toujours en dessous du seuil de la guerre ouverte.

Quelle est alors cette menace qui, de façon évidente, ne cesse d’augmenter ? Le cyber, c’est l’utilisation des moyens numériques à des fins d’influence et de contrôle, sur le plan géopolitique, économique, et même sociétal.

Ces moyens numériques peuvent être divisés en deux grandes familles, qui se recoupent de plus en plus. D’une part, l’intrusion informatique : ce qu’on appelle le hacking, le fait de pénétrer un ordinateur, un système d’information, pour le saboter ou l’espionner. D’autre part, la manipulation de l’information numérique, essentiellement via les plateformes de médias et les réseaux sociaux.

À l’invitation de l’Institut Diderot, en l’espace de ces quelques pages, Jean-Louis Gergorin et Léo Isaac-Dognin nous font l’amitié de nous montrer pourquoi et comment chaque rouble, dollar ou euro dépensé dans des opérations de cyber sabotage ou de guerre de l’information a un rapport coût-efficacité extrêmement attractif avec des risques limités ; ce qui encourage à les utiliser toujours davantage…

Vous pourriez aussi être intéressés par

logo Institut Diderot

De la nation universelle au territoire-monde

Marc Soléry
logo Institut Diderot

L’avenir du Pakistan

Ardavan Amir-Aslani
logo Institut Diderot

L’avenir de l’indépendance scientifique et technologique française

Gérard Longuet
logo Institut Diderot

La transformation numérique de la défense française

Arnaud COUSTILLIÈRE