S'inscrire à notre newsletter

Un chèque-livre étudiant

Publié en octobre 2011
Président de l'Institut Diderot, fondateur, président du groupe d’édition Humensis et président d’honneur du groupe Covéa qui réunit les mutuelles d’assurance MAAF, MMA, GMF et PartnerRe.

La situation du livre universitaire est alarmante en tant que telle, mais également parce qu’elle marque l’éloignement d’une certaine forme de culture.

La contrainte économique est évidente et des alternatives existent. Il n’empêche que s’il y a insuffisamment de livres achetés, il y en aura de moins en moins de publiés, avec deux conséquences, non exclusives :

– l’appauvrissement et le vieillissement des sources disponibles ;

– le recours croissant à des éditions de langue anglaise, dont le marché mondial est infiniment plus large et permet, malgré l’existence des mêmes raisons de fond, le maintien d’une activité éditoriale importante.

Ce recours à des livres étrangers n’est pas à proscrire en tant que tel, loin de là, mais il comporte des inconvénients qui militent pour le maintien d’une production éditoriale nationale :

– pour les étudiants, ils coûtent plus cher ;

– pour les auteurs, tous ne sont pas à même de rédiger en anglais et les éditeurs anglo-saxons ne s’intéressent pas nécessairement à des sujets « hexagonaux » liés à la sociologie, l’histoire ou la langue française.

Au total, le recul du livre a une influence qui pourrait provoquer à terme le passage de la culture française en deuxième division ; il n’est pas souhaitable de s’y résigner.

Parmi les facteurs de cette évolution, le plus étonnant paraît être le coût du livre. On le comprend au niveau du budget de l’étudiant, plus difficilement au niveau macroéconomique : le chiffre de 88 millions d’euros cité dans le blog du Monde, par rapport à un budget de l’enseignement supérieur et de la recherche de l’ordre de 25 milliards d’euros par an, semble  marginal et franchement ridicule quand on le rapporte aux dépenses sur les TIC, qui atteignent désormais 5 % du revenu des ménages.

Il faut sans doute inventer de nouvelles sources de financement. Certes, la période n’est pas favorable car tous les débats de société concluent à la même nécessité.

Mais il s’agit de la formation de centaines de milliers d’étudiants !

Le succès d’un chèque livre sponsorisé par des acteurs publics ou des mécènes ou sponsors privés serait certainement de nature à apporter un bol d’air à court terme et pourrait contribuer à l’émergence d’un nouveau mode de financement du livre sur le long terme.

Quelques mutuelles d’assurances, préoccupées de l’évolution du livre ont décidé d’agir pour que ce défi soit relevé en créant Thôt, un fonds de dotation, dont la vocation est de favoriser les actions de promotion de l’édition universitaire. Ses moyens sont limités, mais il serait dans ses objectifs d’aider les initiatives prises pour le développement du chèque livre étudiant.

Billet diffusé le 19 octobre 2011 sur http://lemonde-emploi.blog.lemonde.fr/2011/09/07/un-cheque-livre-pour-les-etudiants

0

Vous pourriez aussi être intéressés par

Sur le changement 05 2021

Sur le changement

Dans les sociétés modernes, le changement est devenu une valeur en soi et un synonyme de progrès, aussi la résistance au changement est-elle considérée comme […]

Lire la suite
Le blog de Jean-Claude Seys 02 2021

Le chaos

Les commentaires sur l’actualité donnent l’impression que le monde vit dans le chaos et qu’il s’agit là de la conséquence de l’incompétence des gouvernants. En […]

Lire la suite
Le blog de Jean-Claude Seys 12 2020

Retour à la normale

Tout le monde attend avec impatience la fin de la pandémie et le retour à une situation comparable à l’avant crise. Il est évident que […]

Lire la suite
Le blog de Jean-Claude Seys 10 2020

Être où ne pas être

La crise sanitaire, due au coronavirus, a provoqué une accélération du travail à distance. Mais cette évolution était déjà en cours et s’inscrivait dans un […]

Lire la suite
Le blog de Jean-Claude Seys 10 2020

Tous coupables ?

Une habitude se répand dans la société française consistant à condamner les « incivilités », pour reprendre l’expression désormais consacrée, tout en évitant d’en désigner les responsables. […]

Lire la suite

Suivez-nous sur Twitter

|📲 𝗡𝗼𝘂𝘃𝗲𝗮𝘂 𝘀𝗶𝘁𝗲, 💻 𝗻𝗼𝘂𝘃𝗲𝗮𝘂 𝗱𝗲𝘀𝗶𝗴𝗻, 🔎 𝗻𝗼𝘂𝘃𝗲𝗮𝘂𝘅 𝗰𝗼𝗻𝘁𝗲𝗻𝘂𝘀|
✅#Podcasts🎙️
✅#Vidéos🎥
✅#Paroledexperts 🧑‍🏫
✅#Publications✍🏻
✅Toujours gratuit et en libre accès 🆓🔓
✅Découvrez-le❗️
👉🏿 http://www.institutdiderot.fr

🔜|DÉBAT|
✅«Les dangers du #wokisme»⚠️
✅Bien plus qu’une simple vague de #foliepassagère, le philosophe Jean-François Braunstein, auteur de #Lareligionwoke (@EditionsGrasset), analysera les dérives de cette #idéologie aux 🇺🇸, en 🇪🇺 et en 🇫🇷.
✅#cancelculture #censure 📚📺🎞️📻📲

|PRESSE|
✅«Socialiste-libéral, c’est possible et même nécessaire», pour @Challenges, l’édito d'André Comte-Sponville.
✅ Le #PS peut jouer son rôle, celui d’une gauche de gouvernement, s’il échappe aux tentations populistes ou extrémistes.
✅ #CongrèsPS 🗳️

🌏PUBLICATION🌍
✅Limiter le #ChangementClimatique❓
✅Plusieurs solutions sont envisageables, et pourraient p-e avoir des bénéfices insoupçonnés, même si arriver à la #neutralitéclimat ne sera pas chose aisée.
✅Un texte signé par le Pr. @chdeperthuis🔽

Image for twitter card

Changement climatique : comprendre et agir

« Limiter le réchauffement climatique à un niveau bien inférieur à 2, de préférence à 1,5 degré Celsius, ...

issuu.com

|PRESSE|
✅3⃣ans après les débuts de la pandémie, @dominiqueleglu/@Sciences_Avenir annonce que l'@AgenceRecherche va dresser un bilan des recherches & revient sur les conclusions du colloque de l’@InstitutDiderot (juin 2022) sur l'#Innovation en #Sante⚕️🇫🇷

Image for twitter card

Covid-19 : "J’aimerais qu’on puisse voir les vraies performances des chercheurs français" - Sciences et Avenir

Trois ans après les débuts de la pandémie, une trentaine de chercheuses et chercheurs vont dresser un bilan des...

www.sciencesetavenir.fr

|LIVE|🔴
✅ Les nouvelles lignes d'affrontement dans un #mondenumérisé🌐🛡️
✅Mutations des composantes politiques, économiques & militaires, mais aussi #vieprivée & #cryptos, nous en débattons autour de Nicolas Arpagian @cyberguerre 🔴 https://twitter.com/i/broadcasts/1ypKddonWWgKW

🆕|PUBLICATION|🆕
✅ Comment faire face à la #pénurie et à la #haussedesprix des #matièrespremières❓📈
✅🏭#énergie⚡️#alimentation🌾#minerais ⛏️#logistique 🚚 #transports⚓️...
✅ L'économiste #PhilippeChalmin répond à nos questions.
✅ #mondialisation🌏🔽

Image for twitter card

Comment faire face à la pénurie et à la hausse des prix des matières premières ?

issuu.com

🎙️ « Le droit de vivre est plus important que le #droitdemourir mais le droit de mourir fait partie de la liberté de vivre » pour le Philosophe André Comte-Sponville, qui a partagé son point de vue lors de sa venue à la #ConventionCitoyenne sur la #findevie

|DÉBAT|
✅ Bientôt Pascal Broquard, pilier du #CPA10, figure emblématique des #forcesspéciales air & créateur des stages Belouga et Attila, sera notre invité pour un débat autour de son ouvrage «Des forces spéciales à l'entreprise : Comment gérer les crises».
✅ #Management

Charger plus de Tweets