Soigner le chômage au bon niveau

Publié en septembre 2011

Président de l'Institut Diderot, fondateur et vice-président du groupe Covéa qui réunit les mutuelles d’assurance MAAF, MMA et GMF.

Le problème du chômage se pose sur deux plans : d’une part, les victimes, les personnes qui ne trouvent pas d’emploi, et d’autre part le niveau macroéconomique.

L’État intervient auprès des personnes, là où le problème est vraiment vécu, en confiant à Pôle emploi des missions d’assistance.

Trouver des emplois pour les uns sans empêcher d’autres d’y accéder n’est pourtant possible que si l’emploi augmente de façon générale.

Il y a certes une relation entre solutions microéconomiques et macroéconomiques : lorsque des emplois ne trouvent durablement pas preneurs faute de candidats formés ou attirés par cette activité, il en résulte un déficit global non pas égal, mais très supérieur au nombre d’emplois non pourvus. Remplir un poste qui ne peut durablement être pourvu équivaut à le créer, ce qui, on le sait, entraîne mécaniquement la création indirecte dans l’économie de l’équivalent de deux autres. La formation aux métiers pour lesquels l’offre de travail qualifiée est insuffisante est donc une démarche utile dans l’ensemble, même s’il est évident que cela ne saurait suffire pour faire disparaître le chômage.

En dehors de ce cas, l’aide apportée aux uns et aux autres pour trouver un emploi ne modifie pas le niveau global de celui-ci. Elle favorise certains candidats au prix de la démoralisation des autres qui peuvent avoir l’impression d’un échec, alors que c’est de la permanence du chômage global et non de leur manière de remplir CV et autres détails dont ils sont victimes.

L’effet limité des actions contre le chômage au niveau microéconomique a de surcroît le défaut de donner l’impression d’une fatalité qui résiste à tous les efforts, alors que le chômage est le résultat de politiques économiques et sociales globales refusant le développement, comme le réclament certains écologistes, avec lesquelles une société vieillissante et conservatrice est d’accord. Ces politiques reviennent à fuir tout risque et à enterrer toute initiative susceptible de modifier la situation existante.

0

Vous pourriez aussi être intéressés par

Endettement : la controverse
03 2021

Endettement : la controverse

De plus en plus de débats opposent partisans d’une annulation de la dette publique à ceux pour qui elle doit être remboursée, au premier rang […]

Lire la suite
Le blog de Jean-Claude Seys
02 2021

Niveau de vie

La monnaie est à la fois l’étalon de mesure de la valeur des biens et le moyen de les acquérir. L’argent représente donc la richesse […]

Lire la suite
Le blog de Jean-Claude Seys
01 2021

L’avenir de la dette

L’endettement mondial atteint des sommets et les États continuent à emprunter pour éviter les conséquences de la pandémie. Les économistes s’affolent : comment va-t-on gérer […]

Lire la suite
Le blog de Jean-Claude Seys
01 2021

Croissance ou décroissance ?

Les excès de la société de consommation, qui sont indéniables, inspirent des idéologies favorables à la décroissance. Elle serait, selon elles, nécessaire pour la planète […]

Lire la suite
Le blog de Jean-Claude Seys
12 2020

Retour à la normale

Tout le monde attend avec impatience la fin de la pandémie et le retour à une situation comparable à l’avant crise. Il est évident que […]

Lire la suite
Le blog de Jean-Claude Seys
09 2020

Crise sanitaire : la cascade de conséquences

Les conséquences de la pandémie du Covid-19 sont de plusieurs ordres : sanitaire, économique et sociale, mais également psychologique. La crise sanitaire a été cruelle et […]

Lire la suite
Charger plus de Tweets