Repentance

Publié en janvier 2014

Président de l'Institut Diderot, fondateur et vice-président du groupe Covéa qui réunit les mutuelles d’assurance MAAF, MMA et GMF.

La repentance concernant des faits historiques est une mode à laquelle s’adonnent certains gouvernements, notamment français.

Se repentir de méfaits commis dans le passé est une posture qui peut paraître avantageuse sur le plan moral, mais dont on peut se demander si elle a vraiment un sens.

Ces repentances sont exprimées au nom de la Nation, mais les composantes de celle-ci ne cessent de changer et sont extrêmement diverses. À chaque génération, des familles disparaissent et sont remplacées par d’autres, nées ailleurs. La repentance s’exprime-t-elle également au nom de ces nouveaux venus au titre de leur intégration alors qu’ils étaient étrangers aux faits et souvent descendants des victimes des actes dont on se repent, ou bien un codicille les exonère-t-il du devoir de repentir ? Mais alors, appartiennent-ils vraiment à la Nation ?

Le temps ayant le même effet que l’espace, aucun contemporain ne peut être jugé coupable des crimes d’hier. Si tel est le cas, quelle valeur peut avoir alors une repentance pour le compte d’autrui ?

Par ailleurs, si on considère que la repentance a une valeur, peut-on la limiter à certains faits historiques et ne pas considérer également tous les autres dont ont souffert injustement certaines populations ?

Il faudrait que notre composante romaine se repente d’avoir asservi notre composante gauloise, que notre composante barbare se repente d’avoir asservi nos ancêtres romains, qu’au nom de ceux-ci on se repente de la persécution de nos ancêtres chrétiens et qu’an nom de ceux-ci on se repente de l’Inquisition, qu’on se repente des crimes de la Révolution, des guerres napoléoniennes au nom de nos ancêtres mobilisés par l’Empire, des guerres coloniales au nom de nos ancêtres républicains, des crimes contre les Juifs et autres victimes de la guerre au nom de nos pères collaborateurs, et au nom de leurs frères résistants, des règlements de compte d’après-guerre ?

Chacun a hérité de gènes dont les porteurs successifs au cours de l’histoire ont été tour à tour du côté des assassins et des victimes.

Les faits historiques ne peuvent, ne doivent pas être ignorés, et encore moins niés. Mais ceux qui vivent aujourd’hui ne doivent être jugés que sur ce qui résultera de leur action commune et non sur un passé auquel ils n’ont pas pris part et qu’ils peuvent regretter.

0

Vous pourriez aussi être intéressés par

Sur le changement
05 2021

Sur le changement

Dans les sociétés modernes, le changement est devenu une valeur en soi et un synonyme de progrès, aussi la résistance au changement est-elle considérée comme […]

Lire la suite
Le blog de Jean-Claude Seys
02 2021

Le chaos

Les commentaires sur l’actualité donnent l’impression que le monde vit dans le chaos et qu’il s’agit là de la conséquence de l’incompétence des gouvernants. En […]

Lire la suite
Le blog de Jean-Claude Seys
12 2020

Retour à la normale

Tout le monde attend avec impatience la fin de la pandémie et le retour à une situation comparable à l’avant crise. Il est évident que […]

Lire la suite
Le blog de Jean-Claude Seys
10 2020

Être où ne pas être

La crise sanitaire, due au coronavirus, a provoqué une accélération du travail à distance. Mais cette évolution était déjà en cours et s’inscrivait dans un […]

Lire la suite
Le blog de Jean-Claude Seys
10 2020

Tous coupables ?

Une habitude se répand dans la société française consistant à condamner les « incivilités », pour reprendre l’expression désormais consacrée, tout en évitant d’en désigner les responsables. […]

Lire la suite
Le blog de Jean-Claude Seys
08 2020

Évolution du taux de mortalité

Ce n’est pas un sujet dont on parle beaucoup et très peu de personnes connaissent l’ordre de grandeur du nombre de décès annuel en France. […]

Lire la suite
Charger plus de Tweets