Racisme objectif et racisme ressenti

Publié en décembre 2019

Président de l'Institut Diderot, fondateur et vice-président du groupe Covéa qui réunit les mutuelles d’assurance MAAF, MMA et GMF.

La lutte contre le racisme est une nécessité ; du côté de ceux qui professent le racisme, elle se heurte au fait qu’elle ne peut qu’en réprimer l’expression – les violences, les propos publics, les attitudes vexatoires – mais qu’elle peut difficilement s’attaquer à ses causes idéologiques ou psychologiques qui s’en trouvent plutôt renforcées.

Du côté des victimes existe également une difficulté qui rend pratiquement impossible une véritable pacification des relations : ceux qui souffrent objectivement du racisme (ou de tout autre forme de discrimination d’ailleurs) ont naturellement tendance à attribuer toutes leurs difficultés au racisme.

La vie en société est difficile pour beaucoup : la recherche d’un emploi ou d’un logement est difficile pour tous par exemple et il est tentant, lorsqu’on est victime d’une discrimination, d’en voir la manifestation dans cette difficulté.

Une petite expérience a illustré pour moi ce phénomène : j’ai suivi un stage de récupération de points de permis de conduire qui réunissait une trentaine de personnes, dont une partie importante de travailleurs immigrés. Le sentiment qu’ils exprimaient avec beaucoup de rancœur et de violence est qu’ils avaient été sanctionnés à tort, car ils se sentaient victimes du racisme des policiers. Leur nombre relatif leur en paraissait la preuve ainsi que, pour chacun, les circonstances de leurs démêlés avec la police. Leur surreprésentation correspondait vraisemblablement à leur surreprésentation dans la conduite des VTC pour certaines communautés, dans des emplois de livreurs pour d’autres. Concernant les circonstances, la comparaison des cas individuels a facilement mis en évidence que les mêmes fautes étaient reprochées à l’ensemble des membres du groupe, y compris à un jeune policier.

Les réactions d’antiracisme excessives, compréhensibles pour certaines, non fondées pour  d’autres mais malheureusement inévitables, nourrissent le phénomène qu’elles prétendent combattre.

0

Vous pourriez aussi être intéressés par

Sur le changement
05 2021

Sur le changement

Dans les sociétés modernes, le changement est devenu une valeur en soi et un synonyme de progrès, aussi la résistance au changement est-elle considérée comme […]

Lire la suite
Le blog de Jean-Claude Seys
02 2021

Le chaos

Les commentaires sur l’actualité donnent l’impression que le monde vit dans le chaos et qu’il s’agit là de la conséquence de l’incompétence des gouvernants. En […]

Lire la suite
Le blog de Jean-Claude Seys
01 2021

Et si la pandémie s’installait durablement ?

Depuis près d’un an, les spéculations alarmistes entretiennent inquiétudes et pessimisme de manière excessive. L’industrie pharmaceutique a conçu plusieurs types de vaccins en un temps […]

Lire la suite
Le blog de Jean-Claude Seys
01 2021

Qui va payer la note ?

En 2020 le Produit Intérieur Brut de la France a baissé d’environ dix pour cent. Cela signifie que la richesse produite a diminué de deux […]

Lire la suite
Le blog de Jean-Claude Seys
12 2020

Retour à la normale

Tout le monde attend avec impatience la fin de la pandémie et le retour à une situation comparable à l’avant crise. Il est évident que […]

Lire la suite
Le blog de Jean-Claude Seys
10 2020

Être où ne pas être

La crise sanitaire, due au coronavirus, a provoqué une accélération du travail à distance. Mais cette évolution était déjà en cours et s’inscrivait dans un […]

Lire la suite
Charger plus de Tweets