S'inscrire à notre newsletter

Qui va payer la note ?

Publié en janvier 2021
Président de l'Institut Diderot, fondateur, président du groupe d’édition Humensis et président d’honneur du groupe Covéa qui réunit les mutuelles d’assurance MAAF, MMA, GMF et PartnerRe.

En 2020 le Produit Intérieur Brut de la France a baissé d’environ dix pour cent. Cela signifie que la richesse produite a diminué de deux cents milliards d’euros. Ce sont donc deux cent milliards d’euros qui n’ont pu être versés en salaires, honoraires, intérêts, loyers, profits, taxes ou cotisations sociales, alors que les perspectives économiques initialement avancées comptaient sur une progression de quelques vingt-huit milliards d’euros. S’est ajoutée à cette perte une destruction d’actifs sous la forme de disparition d’entreprises.

Ces pertes sont la conséquence de la Covid-19 mais surtout des mesures arrêtées par le gouvernement pour protéger la population. Afin d’éviter que celles-ci, prises dans l’intérêt de tous, ne soient supportées que par ceux dont l’activité s’est trouvée réduite ou arrêtées de leur fait, ce qui eût été inéquitable et insupportable socialement et politiquement, l’État a accordé des aides financières ou allocations de chômage partiel à ceux dont l’entreprise devait fermer provisoirement.

Grâce à elles, le pouvoir d’achat des français n’a pas diminué dans la proportion de la production, mais il n’a pu s’exprimer à la hauteur habituelle du fait de la réduction de l‘offre. L’épargne s’est fortement accrue tandis que l’endettement de l’État s’accroissait du montant des aides accordées.

La situation est en passe de se renouveler en 2021 et peut-être dans les années suivantes, avec une ampleur progressivement réduite.

La richesse perdue l’est définitivement, les aides de l’État en ont retardé les effets et visé à en partager plus équitablement le poids. Mais la perte est faite et devra être supportée. Tous les agents économiques devraient en conséquence accepter une réduction de leurs ressources. L’État et les collectivités publiques étant incapables de réduire significativement leur train de vie, l’effort devrait être supporté par les seuls ménages et les entreprises sous forme d’impôts supplémentaires. Mais cela serait insupportable pour les ménages et affaiblirait les entreprises au moment le moins opportun.

La dette ne sera donc pas remboursée et s’ajoutera à l’endettement préexistant. Les citoyens pourront continuer de voir se gonfler leur bas de laine, même si, comme dans les pyramides de Ponzi, aucune richesse réelle ne lui correspond.

La différence entre Madoff et l’État est que la pyramide n’a pas de raison de s’arrêter, que l’ajustement inéluctable sera renvoyé à plus tard et sera réalisé en même temps que d’autres, parmi lesquels il ne sera pas distingué, probablement à travers une relance de l’inflation.

 

0

Vous pourriez aussi être intéressés par

Sur le changement 05 2021

Sur le changement

Dans les sociétés modernes, le changement est devenu une valeur en soi et un synonyme de progrès, aussi la résistance au changement est-elle considérée comme […]

Lire la suite
Le blog de Jean-Claude Seys 02 2021

Le chaos

Les commentaires sur l’actualité donnent l’impression que le monde vit dans le chaos et qu’il s’agit là de la conséquence de l’incompétence des gouvernants. En […]

Lire la suite
Le blog de Jean-Claude Seys 01 2021

Croissance ou décroissance ?

Les excès de la société de consommation, qui sont indéniables, inspirent des idéologies favorables à la décroissance. Elle serait, selon elles, nécessaire pour la planète […]

Lire la suite
Le blog de Jean-Claude Seys 10 2020

Être où ne pas être

La crise sanitaire, due au coronavirus, a provoqué une accélération du travail à distance. Mais cette évolution était déjà en cours et s’inscrivait dans un […]

Lire la suite

Suivez-nous sur Twitter

🎧|PODCAST|🎧
✅#Diplomatie #Sécurité #Politique #Numérique #Innovation #Economie #ModèleSocial #Travail #EconomieSociale #TransitionÉcologique #Ethique #Santé #Médecine & plus encore...
✅Retrouvez, en #libreaccès, tous nos #podcasts🎧
✅Disponible ici 👇
https://on.soundcloud.com/RZYmR

🎧|PODCAST|🎧
✅«L’#IntelligenceArtificielle au #travail»
✅Un marché de 400mds $ ~ en 2022 & qui devrait atteindre 1400mds $ d'ici 2030 mais qui pose des questions éthiques & réglementaires à traiter rapidement #IA🤖
✅L’analyse de Me Dulac-Gérardot👇🏽
https://on.soundcloud.com/3jP2f

🎥|VIDÉO|📹
✅Les nouvelles lignes d'affrontement dans un #mondenumérisé🌐🛡️
✅Dans un monde de porosités, où les champs de bataille ignorent les #frontières, Nicolas Arpagian [@cyberguerre] détaille pour nous les nouvelles formes de confrontations🌏🔥🔽

Image for twitter card

Frontií¨res.com : Les nouvelles lignes d‘affrontements dans un monde numérisé - Institut Diderot

TweetezPartagez

www.institutdiderot.fr

|📲 𝗡𝗼𝘂𝘃𝗲𝗮𝘂 𝘀𝗶𝘁𝗲, 💻 𝗻𝗼𝘂𝘃𝗲𝗮𝘂 𝗱𝗲𝘀𝗶𝗴𝗻, 🔎 𝗻𝗼𝘂𝘃𝗲𝗮𝘂𝘅 𝗰𝗼𝗻𝘁𝗲𝗻𝘂𝘀|
✅#Podcasts🎙️
✅#Vidéos🎥
✅#Paroledexperts 🧑‍🏫
✅#Publications✍🏻
✅Toujours gratuit et en libre accès 🆓🔓
✅Découvrez-le❗️
👉🏿 http://www.institutdiderot.fr

🔜|DÉBAT|
✅Le ressentiment contemporain menace-t-il la #Démocratie❓
✅Comment prévenir & dépasser le ressentiment ? D’où provient-il ? Comment en protéger la Démocratie ? 🗳️
✅Nous en débattrons autour de la Pr. @CynthiaFleury (@LeCnam @MINES_ParisTech @Hospiphilo @GhuParis)

🆕|PUBLICATION|🆕
✅Insécurité alimentaire & #changementclimatique
✅Les solutions apportées par les biotechnologies végétales🌾
✅Attention à ce que l'🇪🇺 & la 🇫🇷 ne réduisent pas définitivement leurs capacités de recherche & d’innovation ⚠️
via @issuu

Image for twitter card

Insécurité alimentaire & changement climatique : solutions apportées par les biotechno. végétales

issuu.com

|LIVE|🔴
⚠️Les dangers du #wokisme⚠️
✅   Nous en débattons autour du Pr. Jean-François Braunstein, auteur de #Lareligionwoke📚
✅   Selon lui, cette pensée qui a infusé les universités & les médias s'apparente davantage à une religion qu'une idéologie. https://twitter.com/i/broadcasts/1jMJgLAoXjOxL

|PRESSE|
✅«Armons notre raison contre la guerre», pour @Challenges, l’édito d'André Comte-Sponville.
✅ J’aurais dû me souvenir, comme le dit le philosophe Alain, que «ce sont les passions, et non les intérêts, qui mènent le monde».
✅ #GuerreEnUkraine

🔴📲 Un débat à suivre
🗓️ jeudi 9️⃣ février 🗓️
en live-tweet dès 8⃣:3⃣0⃣ sur notre compte Twitter.

Charger plus de Tweets