Politique et gastronomie

Publié en 2019
Jean-Claude Seys Président de l'Institut Diderot, fondateur et vice-président du groupe Covéa qui réunit les mutuelles d’assurance MAAF, MMA et GMF.

La grande cuisine est devenue un art, les chefs  des  stars. Leur exposition médiatique est considérable : télévision, presse, livres en font la promotion permanente.

Mais qui satisfait-elle au juste ? Bien évidemment tout l’écosystème qui en vit directement et tous ceux, nombreux, qui bénéficient de leur talent sans en régler eux-mêmes l’addition. Quelques riches étrangers aussi, qui se piquent, sinon de gastronomie, du moins d’être vus dans des endroits réputés et bien fréquentés.

L’intérêt économique de cette activité est indéniable : comme la grande couture, elle fait vivre directement beaucoup de personnes mais bien plus encore indirectement dans la mesure où elle  contribue à renforcer l’attractivité touristique de la France : malgré son caractère sympathique, et l’importance qu’elle accorde maintenant à la diététique, c’est-à-dire à la santé, elle semble subir une dérive qu’on peut comparer à celle que stigmatise le bon peuple des gilets jaunes : 95 % de la population n’a pas accès  aux grandes tables où l’addition peut friser les 500 € par personne.

Elle suit une tendance à l’abstraction et à la complexité qui ne connaît de limite que l’imagination : la cuisine moléculaire par exemple a ainsi apporté une idée neuve qui mérite d’être conservée comme un acquis définitif à l’art culinaire mais dont l’exploitation outrancière a conduit les promoteurs à l’échec : prétendre flatter les palais et saturer les papilles de 50 parfums différents ne sont pas compatibles. La gastronomie est un art utilitaire : elle doit respecter la réalité des consommateurs, leur appétit – ce que ne  faisaient pas au temps de leur gloire les temples de la nouvelle cuisine – leur santé, leur porte-monnaie et plus encore leurs capacités à discerner et apprécier les goûts, sans renoncer tout à fait à élargir leur horizon.

Toutes les manifestations qui permettent de définir la culture d’une communauté humaine ont un tronc commun ; la grande cuisine n’échappe pas à ces traits culturels que sont l’élitisme, l’éclectisme, l’originalité est plus valorisée que la simple qualité des mets et l’ardoise valorisée comme la marque de la qualité des consommateurs.

Articles précédents

Politique et gastronomie

23 Juil 2019

La grande cuisine est devenue un art, les chefs  des  stars. Leur exposition médiatique est considérable : télévision, presse, livres en font la promotion permanente. Mais qui satisfait-elle au juste ? Bien évidemment tout l’écosystème qui en vit directement et tous ceux, nombreux, qui bénéficient de leur talent sans en régler eux-mêmes l’addition. Quelques riches […]

LIBRA

23 Juil 2019

Facebook vient d’annoncer la création d’une cryptomonnaie avec l’aide d’un certain nombre de grandes entreprises. L’Institut Diderot  avait mis en évidence au moment où le cours du bitcoin battait tous les records que considérer que celui-ci était une monnaie était une grossière erreur et que la chute ne tarderait pas à suivre l’acmé ; une monnaie […]