Politique et gastronomie

Publié en juillet 2019

Président de l'Institut Diderot, fondateur et vice-président du groupe Covéa qui réunit les mutuelles d’assurance MAAF, MMA et GMF.

La grande cuisine est devenue un art, les chefs  des  stars. Leur exposition médiatique est considérable : télévision, presse, livres en font la promotion permanente.

Mais qui satisfait-elle au juste ? Bien évidemment tout l’écosystème qui en vit directement et tous ceux, nombreux, qui bénéficient de leur talent sans en régler eux-mêmes l’addition. Quelques riches étrangers aussi, qui se piquent, sinon de gastronomie, du moins d’être vus dans des endroits réputés et bien fréquentés.

L’intérêt économique de cette activité est indéniable : comme la grande couture, elle fait vivre directement beaucoup de personnes mais bien plus encore indirectement dans la mesure où elle  contribue à renforcer l’attractivité touristique de la France : malgré son caractère sympathique, et l’importance qu’elle accorde maintenant à la diététique, c’est-à-dire à la santé, elle semble subir une dérive qu’on peut comparer à celle que stigmatise le bon peuple des gilets jaunes : 95 % de la population n’a pas accès  aux grandes tables où l’addition peut friser les 500 € par personne.

Elle suit une tendance à l’abstraction et à la complexité qui ne connaît de limite que l’imagination : la cuisine moléculaire par exemple a ainsi apporté une idée neuve qui mérite d’être conservée comme un acquis définitif à l’art culinaire mais dont l’exploitation outrancière a conduit les promoteurs à l’échec : prétendre flatter les palais et saturer les papilles de 50 parfums différents ne sont pas compatibles. La gastronomie est un art utilitaire : elle doit respecter la réalité des consommateurs, leur appétit – ce que ne  faisaient pas au temps de leur gloire les temples de la nouvelle cuisine – leur santé, leur porte-monnaie et plus encore leurs capacités à discerner et apprécier les goûts, sans renoncer tout à fait à élargir leur horizon.

Toutes les manifestations qui permettent de définir la culture d’une communauté humaine ont un tronc commun ; la grande cuisine n’échappe pas à ces traits culturels que sont l’élitisme, l’éclectisme, l’originalité est plus valorisée que la simple qualité des mets et l’ardoise valorisée comme la marque de la qualité des consommateurs.

0

Vous pourriez aussi être intéressés par

Sur le changement
05 2021

Sur le changement

Dans les sociétés modernes, le changement est devenu une valeur en soi et un synonyme de progrès, aussi la résistance au changement est-elle considérée comme […]

Lire la suite
Le blog de Jean-Claude Seys
02 2021

Le chaos

Les commentaires sur l’actualité donnent l’impression que le monde vit dans le chaos et qu’il s’agit là de la conséquence de l’incompétence des gouvernants. En […]

Lire la suite
Le blog de Jean-Claude Seys
01 2021

Et si la pandémie s’installait durablement ?

Depuis près d’un an, les spéculations alarmistes entretiennent inquiétudes et pessimisme de manière excessive. L’industrie pharmaceutique a conçu plusieurs types de vaccins en un temps […]

Lire la suite
Le blog de Jean-Claude Seys
01 2021

Qui va payer la note ?

En 2020 le Produit Intérieur Brut de la France a baissé d’environ dix pour cent. Cela signifie que la richesse produite a diminué de deux […]

Lire la suite
Le blog de Jean-Claude Seys
12 2020

Retour à la normale

Tout le monde attend avec impatience la fin de la pandémie et le retour à une situation comparable à l’avant crise. Il est évident que […]

Lire la suite
Le blog de Jean-Claude Seys
10 2020

Être où ne pas être

La crise sanitaire, due au coronavirus, a provoqué une accélération du travail à distance. Mais cette évolution était déjà en cours et s’inscrivait dans un […]

Lire la suite
Charger plus de Tweets