Logique politique et rationalité

Publié en mars 2011

Président de l'Institut Diderot, fondateur et vice-président du groupe Covéa qui réunit les mutuelles d’assurance MAAF, MMA et GMF.

La logique politique correspond à une rationalité particulière que seul Alfred Jarry semble avoir parfaitement comprise : les mesures prises par les responsables politiques ont pour caractéristique d’être prises à contre temps et d’avoir des effets contraires à ce qui est voulu.

Ainsi, dans les années 80, les contrats d’assurance vie rapportaient couramment plus de 10 % par an, alors que l’inflation moyenne de la deuxième partie de la décennie était de l’ordre de 3 % par an.

Excellent placement donc. Il était encouragée par :

– un crédit d’impôt de 25 % jusqu’à un certain plafond ;

– l’absence totale d’impôt sur le rendement annuel ;

– l’exonération totale des droits de succession.

Avec la décennie 90, les taux d’intérêt ont baissé. Il convenait donc de réduire ces incitations, en rognant les avantages fiscaux : suppression du crédit d’impôt, réduction de l’exonération de droits de succession, assujettissement aux taxes sociales.

La première décennie du XXIe siècle a vu les taux des obligations, principal placement des compagnies d’assurances-vie, baisser de manière spectaculaire. La rentabilité des produits d’assurance a suivi pour s’établir désormais aux environs de 3.5 % l’an, avec une perspective de poursuite de la baisse à mesure que les obligations en portefeuille seront amorties et remplacées par d’autres à taux plus faible.

Devant une telle évolution, la logique politique conduit d’abord à pénaliser les placements en actions qui permettraient de lutter contre l’érosion des rendements obligataires (règles de Solvency II) et de proscrire ainsi le meilleur moyen de lutter contre l’inflation qui pointe à l’horizon.

Les taux de rendement étant désormais à peine supérieurs à l’inflation, et probablement inférieurs au taux de l’inflation demain, il apparaît urgent de pénaliser cette absence de rendement par une imposition de la plus-value, c’est-à-dire du rendement apparent !

Au moins le père Ubu nous faisait rire.

0

Vous pourriez aussi être intéressés par

Endettement : la controverse
03 2021

Endettement : la controverse

De plus en plus de débats opposent partisans d’une annulation de la dette publique à ceux pour qui elle doit être remboursée, au premier rang […]

Lire la suite
Le blog de Jean-Claude Seys
02 2021

Niveau de vie

La monnaie est à la fois l’étalon de mesure de la valeur des biens et le moyen de les acquérir. L’argent représente donc la richesse […]

Lire la suite
Le blog de Jean-Claude Seys
01 2021

L’avenir de la dette

L’endettement mondial atteint des sommets et les États continuent à emprunter pour éviter les conséquences de la pandémie. Les économistes s’affolent : comment va-t-on gérer […]

Lire la suite
Le blog de Jean-Claude Seys
01 2021

Croissance ou décroissance ?

Les excès de la société de consommation, qui sont indéniables, inspirent des idéologies favorables à la décroissance. Elle serait, selon elles, nécessaire pour la planète […]

Lire la suite
Le blog de Jean-Claude Seys
12 2020

Retour à la normale

Tout le monde attend avec impatience la fin de la pandémie et le retour à une situation comparable à l’avant crise. Il est évident que […]

Lire la suite
Le blog de Jean-Claude Seys
09 2020

Un changement de paradigme

L’argent représente, depuis qu’existe la monnaie, la valeur suprême. Celle qui est échangeable à tout moment avec n’importe quel autre bien, peut se conserver dans […]

Lire la suite
Charger plus de Tweets