S'inscrire à notre newsletter

Les délocalisations de l’intérieur

Publié en mars 2011
Président de l'Institut Diderot, fondateur, président du groupe d’édition Humensis et président d’honneur du groupe Covéa qui réunit les mutuelles d’assurance MAAF, MMA, GMF et PartnerRe.

Les syndicats ouvriers, les médias et beaucoup de politiques s’alarment des délocalisations industrielles consistant à cesser la production localement pour la transférer dans des pays où la main-d’œuvre est meilleur marché.

Un autre phénomène se produit simultanément sans retenir la moindre attention.

Peut-être parce qu’il est plus insidieux. Peut-être aussi parce qu’il met en cause des éléments qu’il n’est pas politiquement correct d’évoquer. Peut-être enfin par ce que, là où les délocalisations permettent de mettre en accusation le grand capital, ce phénomène touche chez le grand nombre le tabou concernant l’appétence au travail.

Il s’agit de la reprise d’une partie importante du petit commerce par des populations immigrées.

Le petit commerce, globalement, n’a pas la vie facile. La grande distribution et maintenant le e-commerce exercent sur lui une forte pression. Sur le plan social, celui-ci ne manque pourtant pas d’intérêt, dans la mesure où il offre des activités ayant des exigences différentes de l’emploi salarié et permet donc de répondre aux aspirations de personnes auxquelles le cadre de l’entreprise, grande ou moyenne, ne convient pas. Il peut, de surcroît, être attrayant financièrement.

On constate que les populations immigrées, dont l’accès à l’entreprise est difficile, ont compris cet intérêt du petit commerce. Celui-ci passe progressivement dans les mains de communautés plus ou moins spécialisées : fruits et légumes pour l’une, épiceries pour une autre, tabacs pour une autre encore.

Vu sous l’angle de la participation de ces populations à l’activité nationale, il s’agit d’un phénomène très positif.

Son aspect négatif est qu’il révèle le rejet par le reste de la société française de nombreuses formes de travail considérées comme trop dures. Les horaires du commerce dépassent couramment les 35 heures, faire les marchés suppose de travailler tôt le matin en extérieur, quel que soit le temps, le commerce alimentaire se doit d’ouvrir le dimanche et les bars-tabacs tard le soir, etc.

La société française réclame des emplois et se lamente des délocalisations mais n’aspire, au fond, qu’à des emplois de préposés qui constituent sans doute la manière la moins désagréable d’attendre la retraite.

0

Vous pourriez aussi être intéressés par

06 2022

Réformer la retraite

Depuis le rapport effectué en 1991 à la demande du Premier ministre Michel Rocard, la réforme des retraites s’est inscrite au programme de tous les […]

Lire la suite
Le blog de Jean-Claude Seys 01 2020

Pourquoi le chômage ?

Les progrès de la science économique ont permis de comprendre comment se produisent, s’échangent et se consomment les produits de l’industrie humaine, mais ils n’ont […]

Lire la suite
Le blog de Jean-Claude Seys 10 2018

La dépendance

La croissance attendue du nombre de personnes dépendantes conduit les pouvoirs publics à s’interroger sur le problème du financement de leur prise en charge : les […]

Lire la suite
Le blog de Jean-Claude Seys 09 2018

Emplois et attentes sociétales

Le chômage est une calamité sociale et les progrès de productivité dus à l’invasion des technologies numériques dans tous les processus de production font craindre […]

Lire la suite

Suivez-nous sur Twitter

|LIVE|🔴
⚠️Les dangers du #wokisme⚠️
✅   Nous en débattons autour du Pr. Jean-François Braunstein, auteur de #Lareligionwoke📚
✅   Selon lui, cette pensée qui a infusé les universités & les médias s'apparente davantage à une religion qu'une idéologie. https://twitter.com/i/broadcasts/1jMJgLAoXjOxL

|PRESSE|
✅«Armons notre raison contre la guerre», pour @Challenges, l’édito d'André Comte-Sponville.
✅ J’aurais dû me souvenir, comme le dit le philosophe Alain, que «ce sont les passions, et non les intérêts, qui mènent le monde».
✅ #GuerreEnUkraine

🔴📲 Un débat à suivre
🗓️ jeudi 9️⃣ février 🗓️
en live-tweet dès 8⃣:3⃣0⃣ sur notre compte Twitter.

|LIVE|🔴
⚠️Les dangers du #wokisme⚠️
✅   Nous en débattons autour du Pr. Jean-François Braunstein, auteur de #Lareligionwoke📚
✅   Selon lui, cette pensée qui a infusé les universités & les médias s'apparente davantage à une religion qu'une idéologie. https://twitter.com/i/broadcasts/1jMJgLAoXjOxL

🔴📲 Un débat à suivre 🗓️demain, jeudi 2 février,
en live-tweet dès 8⃣:3⃣0⃣ sur notre compte Twitter.

🆕|PUBLICATION|🆕
✅ Comment faire face à la #pénurie et à la #haussedesprix des #matièrespremières❓📈
✅🏭#énergie⚡️#alimentation🌾#minerais ⛏️#logistique 🚚 #transports⚓️...
✅ L'économiste #PhilippeChalmin répond à nos questions.
✅ #mondialisation🌏🔽

Image for twitter card

Comment faire face à la pénurie et à la hausse des prix des matières premières ?

issuu.com

🔜|DÉBAT|
✅Le ressentiment contemporain menace-t-il la #Démocratie❓
✅Comment prévenir & dépasser le ressentiment ? D’où provient-il ? Comment en protéger la Démocratie ? 🗳️
✅Nous en débattrons autour de la Pr. @CynthiaFleury (@LeCnam @MINES_ParisTech @Hospiphilo @GhuParis)

|📲 𝗡𝗼𝘂𝘃𝗲𝗮𝘂 𝘀𝗶𝘁𝗲, 💻 𝗻𝗼𝘂𝘃𝗲𝗮𝘂 𝗱𝗲𝘀𝗶𝗴𝗻, 🔎 𝗻𝗼𝘂𝘃𝗲𝗮𝘂𝘅 𝗰𝗼𝗻𝘁𝗲𝗻𝘂𝘀|
✅#Podcasts🎙️
✅#Vidéos🎥
✅#Paroledexperts 🧑‍🏫
✅#Publications✍🏻
✅Toujours gratuit et en libre accès 🆓🔓
✅Découvrez-le❗️
👉🏿 http://www.institutdiderot.fr

🔜|DÉBAT|
✅«Les dangers du #wokisme»⚠️
✅Bien plus qu’une simple vague de #foliepassagère, le philosophe Jean-François Braunstein, auteur de #Lareligionwoke (@EditionsGrasset), analysera les dérives de cette #idéologie aux 🇺🇸, en 🇪🇺 et en 🇫🇷.
✅#cancelculture #censure 📚📺🎞️📻📲

Charger plus de Tweets