S'inscrire à notre newsletter

L’emploi demain

Publié en novembre 2017
Président de l'Institut Diderot, fondateur, président du groupe d’édition Humensis et président d’honneur du groupe Covéa qui réunit les mutuelles d’assurance MAAF, MMA, GMF et PartnerRe.

 

La montée en puissance des robots et de l’intelligence artificielle fait craindre, avec plus de force encore que les innovations porteuses de progrès de productivité précédentes, la montée du chômage, voire la disparition du travail.

Plusieurs raisons expliquent l’intensité de ces craintes :

    • L’étendue des possibilités offertes par ces techniques, dont l’effet s’ajoute aux précédents, donne à penser qu’il n’y a plus de domaine réservé aux hommes.

 

    • Il y a dans ces nouvelles technologies une dimension fantastique qui fascine et amène les médias à en parler constamment sous un angle suggérant la perte de contrôle.

 

  • La menace concerne désormais des emplois qualifiés dont les titulaires se croyaient protégés et disposent d’une proximité plus grande avec les médias.

Face à ces craintes, la démonstration que les précédentes vagues d’innovation ayant détruit des emplois ont permis d’en créer autant d’autres avec en plus une amélioration générale du niveau de vie ne convainc pas.

Pourtant…

Les prévisions relatives à la suppression d’emplois du fait du progrès technologique sont généralement assez réalistes ; ce qui est absent dans les estimations ou très fortement sous-estimé est la création d’emplois qui en découle plus ou moins directement.

Les données macroéconomiques permettent de cerner globalement le problème : si la productivité progresse de 2 % par an, une croissance de même ordre de grandeur permet de maintenir l’emploi global. Par quels mécanismes ?

L’industrie automobile a fait en 50 ans des progrès de productivité qui ont permis de réduire de ¾ le temps de fabrication d’un véhicule, mais le marché a explosé et les effectifs employés ont baissé dans une proportion nettement moindre. Dans le même temps, ce développement de l’automobile a suscité la création de multiples emplois parallèles, connexes ou simplement rendus possibles :

  • Il a fallu créer une infrastructure de distribution, de maintenance, d’approvisionnement, de routes, autoroutes et ouvrages d’art, de péage, de location de voitures et de taxis, d’assurances, de secours et de soins, d’experts pour évaluer le coût des sinistres ainsi que des services pour délivrer les permis de conduire et les cartes grises, poursuivre les infractions et les sanctionner…

Au-delà de ces activités connexes, le développement de l’automobile a permis celui du tourisme, c’est-à-dire de l’hôtellerie, de la restauration, des manifestations culturelles, des séminaires. La chaîne est sans fin, bien que les conséquences ultimes s’estompent à mesure que leur lien avec l’automobile s’éloigne : le tourisme par exemple a vu la nature de ses manifestations se multiplier : festivals, musées, stations de ski, aqua parcs, etc..

L’automobile n’est pas une exception : ainsi le temps de travail nécessaire à la fabrication d’un téléphone mobile a été réduit de 90 % en 25 ans, mais la vente d’appareils a été multipliée par 100 depuis 1990.

Cette explosion a suscité la création d’emplois parallèles dans la distribution et la maintenance. L’usage du téléphone s’est généralisé et toutes les sociétés ont dû créer des plateformes téléphoniques pour accueillir les appels de leurs clients.

Ensuite sont apparues des milliers d’applications qui toutes ont provoqué la création d’emplois. Parmi ces applications, certaines ont permis la création de nouveaux métiers ou le développement d’anciens, tels Uber et ses homologues.

Du téléphone on est passé aux objets connectés et leur généralisation progressive a commencé et va continuer à créer des emplois dans la sécurité, la maintenance industrielle, la santé et le jeu, etc…

Il n’y a donc pas contradiction entre la réduction drastique du nombre d’emplois dans une activité en raison de la généralisation de techniques de production économes en travail et la création globale d’emplois.

N’y a- t- il pour autant aucun problème à prévoir et aucune inquiétude à nourrir ?

Non, pour plusieurs raisons :

    • Il y a généralement entre emplois détruits et emplois créés une différence de nature, de temps et de lieu de sorte que ceux qui ont perdu leur emploi ne peuvent pas se recycler automatiquement dans les nouveaux.

 

  • Un effort est nécessaire pour que ceux qui ont perdu leur emploi s’adaptent aux nouveaux.

Les robots, quelle qu’en soit la forme et pas seulement les androïdes un peu maladroits que l’on connaît, vont remplacer l’homme dans certaines de ses tâches actuelles, mais les besoins humains sont infinis ; il ne s’agit pas de faire plus de voitures, de maisons, de nourriture, mais après avoir satisfait les besoins de ceux qui n’en ont pas assez, d’apporter le repos, la culture, la santé, le jeu, la sécurité, l’attention dont aucun n’a assez.

Il est difficile de prévoir les apports de l’intelligence artificielle en raison de sa capacité d’accumuler indéfiniment, contrairement à l’homme, l’expérience nécessaire à sa propre programmation en mettant en œuvre dans celle-ci les théories mathématiques les plus sophistiquées.

Elle dépassera donc, sous ces aspects, la capacité humaine et rendra possible la création en nombre non fini d’activités nouvelles pour relever les défis que posent la condition humaine et la gestion de la planète.

Le passage de l’état actuel à un futur meilleur peut être heurté et difficile pour certains. C’est le but de la politique de créer les conditions d’une approche positive du futur en rendant la transition acceptable pour tous.

0

Vous pourriez aussi être intéressés par

10 2022

La grande démission

Depuis quelques mois un nouveau thème s’est imposé à l’attention du public : le mouvement de désengagement des salariés à l’égard de l’emploi. La démission […]

Lire la suite
06 2022

Réformer la retraite

Depuis le rapport effectué en 1991 à la demande du Premier ministre Michel Rocard, la réforme des retraites s’est inscrite au programme de tous les […]

Lire la suite
La fin du travail ? 04 2022

La fin du travail ?

Le développement du numérique en général, de l’intelligence artificielle en particulier, fait craindre à certains l’avènement d’un chômage généralisé. Beaucoup d’innovations apparues depuis le début […]

Lire la suite
01 2022

L’intelligence artificielle

L’intelligence artificielle n’existe pas affirme Luc Julia dans son livre éponyme. Ce responsable du laboratoire d’intelligence artificielle de Samsung est un des meilleurs spécialistes de […]

Lire la suite
12 2021

Le travail

Les entreprises ont de plus en plus de difficultés à recruter. La situation pour certains secteurs comme la restauration est critique. Par ailleurs, pour les […]

Lire la suite

Suivez-nous sur Twitter

|📲 𝗡𝗼𝘂𝘃𝗲𝗮𝘂 𝘀𝗶𝘁𝗲, 💻 𝗻𝗼𝘂𝘃𝗲𝗮𝘂 𝗱𝗲𝘀𝗶𝗴𝗻, 🔎 𝗻𝗼𝘂𝘃𝗲𝗮𝘂𝘅 𝗰𝗼𝗻𝘁𝗲𝗻𝘂𝘀|
✅#Podcasts🎙️
✅#Vidéos🎥
✅#Paroledexperts 🧑‍🏫
✅#Publications✍🏻
✅Toujours gratuit et en libre accès 🆓🔓
✅Découvrez-le❗️
👉🏿 http://www.institutdiderot.fr

🔜|DÉBAT|
✅«Les dangers du #wokisme»⚠️
✅Bien plus qu’une simple vague de #foliepassagère, le philosophe Jean-François Braunstein, auteur de #Lareligionwoke (@EditionsGrasset), analysera les dérives de cette #idéologie aux 🇺🇸, en 🇪🇺 et en 🇫🇷.
✅#cancelculture #censure 📚📺🎞️📻📲

|PRESSE|
✅«Socialiste-libéral, c’est possible et même nécessaire», pour @Challenges, l’édito d'André Comte-Sponville.
✅ Le #PS peut jouer son rôle, celui d’une gauche de gouvernement, s’il échappe aux tentations populistes ou extrémistes.
✅ #CongrèsPS 🗳️

🌏PUBLICATION🌍
✅Limiter le #ChangementClimatique❓
✅Plusieurs solutions sont envisageables, et pourraient p-e avoir des bénéfices insoupçonnés, même si arriver à la #neutralitéclimat ne sera pas chose aisée.
✅Un texte signé par le Pr. @chdeperthuis🔽

Image for twitter card

Changement climatique : comprendre et agir

« Limiter le réchauffement climatique à un niveau bien inférieur à 2, de préférence à 1,5 degré Celsius, ...

issuu.com

|PRESSE|
✅3⃣ans après les débuts de la pandémie, @dominiqueleglu/@Sciences_Avenir annonce que l'@AgenceRecherche va dresser un bilan des recherches & revient sur les conclusions du colloque de l’@InstitutDiderot (juin 2022) sur l'#Innovation en #Sante⚕️🇫🇷

Image for twitter card

Covid-19 : "J’aimerais qu’on puisse voir les vraies performances des chercheurs français" - Sciences et Avenir

Trois ans après les débuts de la pandémie, une trentaine de chercheuses et chercheurs vont dresser un bilan des...

www.sciencesetavenir.fr

|LIVE|🔴
✅ Les nouvelles lignes d'affrontement dans un #mondenumérisé🌐🛡️
✅Mutations des composantes politiques, économiques & militaires, mais aussi #vieprivée & #cryptos, nous en débattons autour de Nicolas Arpagian @cyberguerre 🔴 https://twitter.com/i/broadcasts/1ypKddonWWgKW

🆕|PUBLICATION|🆕
✅ Comment faire face à la #pénurie et à la #haussedesprix des #matièrespremières❓📈
✅🏭#énergie⚡️#alimentation🌾#minerais ⛏️#logistique 🚚 #transports⚓️...
✅ L'économiste #PhilippeChalmin répond à nos questions.
✅ #mondialisation🌏🔽

Image for twitter card

Comment faire face à la pénurie et à la hausse des prix des matières premières ?

issuu.com

🎙️ « Le droit de vivre est plus important que le #droitdemourir mais le droit de mourir fait partie de la liberté de vivre » pour le Philosophe André Comte-Sponville, qui a partagé son point de vue lors de sa venue à la #ConventionCitoyenne sur la #findevie

|DÉBAT|
✅ Bientôt Pascal Broquard, pilier du #CPA10, figure emblématique des #forcesspéciales air & créateur des stages Belouga et Attila, sera notre invité pour un débat autour de son ouvrage «Des forces spéciales à l'entreprise : Comment gérer les crises».
✅ #Management

Charger plus de Tweets