S'inscrire à notre newsletter

Le savoir et les TIC

Publié en décembre 2012
Président de l'Institut Diderot, fondateur, président du groupe d’édition Humensis et président d’honneur du groupe Covéa qui réunit les mutuelles d’assurance MAAF, MMA, GMF et PartnerRe.

Les Presses Universitaires de France et la GMF ont organisé le 4 décembre au Collège de France un passionnant colloque sur le « Désir de savoir », ce désir qui pousse les hommes à acquérir et faire progresser le savoir.

Les règles séculaires semblent avoir brutalement changé sous l’effet de diverses évolutions sociétales et de l’explosion des techniques de communication numériques. Les premières aboutissent au refus de l’effort, de l’autorité du maître, et au crédit accordé aux avis indépendamment du savoir. L’omniprésence du numérique, pour sa part, donne à tous l’accès immédiat à toutes les informations imaginables et fait apparaître dérisoires les efforts à consentir pour en acquérir une minuscule fraction.

Le savoir ne se réduit toutefois pas à l’accumulation de données : c’est de l’information plus ou moins organisée en schémas logiques ou sensibles multiples, susceptibles d’être mis en œuvre indépendamment de l’information organisée qui en a permis l’acquisition par le cerveau humain.

Dès sa formation, le cerveau se structure en même temps qu’il acquiert des informations dont il dégage progressivement, et en fonction de leur récurrence, les schémas logiques ou sensibles implicites.

L’enseignement classique poursuit le même mode de transmission simultanée des données et des méthodes de traitement qui leur sont applicables (raisonnement logique ou réaction sensible).

La situation nouvelle amène à s’interroger, dès lors que l’information est disponible sans effort, sur les conditions dans lesquelles le cerveau pourrait continuer à se structurer, voire à améliorer ses performances, indépendamment de l’information dont l’acquisition nécessite un effort qui apparaît désormais inutile.

Cela semble, pour l’instant en tout cas, impossible, mais sans doute peut-on améliorer la situation en distinguant mieux les informations porteuses de structurations explicites ou implicites et celles qui ne sont que des données.

Toutes les disciplines font appel aux deux, mais une multitude d’enseignements techniques consistent essentiellement en données, d’autres, comme l’enseignement des langues, les mathématiques ou la philosophie contribuent au contraire davantage à la structuration de l’esprit.

Le partage n’est certainement pas chose facile, mais l’exemple du droit, pour partie méthode de pensée et pour le reste accumulation de textes sans logique particulière, montre la voie.

0

Vous pourriez aussi être intéressés par

10 2022

Trop de dettes ?

Banques centrales et économistes s’alarment de la montée de l’endettement à travers le monde qui atteint le niveau record de 3,6 années de PIB. Quel […]

Lire la suite
06 2022

Réformer la retraite

Depuis le rapport effectué en 1991 à la demande du Premier ministre Michel Rocard, la réforme des retraites s’est inscrite au programme de tous les […]

Lire la suite
La fin du travail ? 04 2022

La fin du travail ?

Le développement du numérique en général, de l’intelligence artificielle en particulier, fait craindre à certains l’avènement d’un chômage généralisé. Beaucoup d’innovations apparues depuis le début […]

Lire la suite
12 2021

Le travail

Les entreprises ont de plus en plus de difficultés à recruter. La situation pour certains secteurs comme la restauration est critique. Par ailleurs, pour les […]

Lire la suite

Suivez-nous sur Twitter

|LIVE|🔴
⚠️Les dangers du #wokisme⚠️
✅   Nous en débattons autour du Pr. Jean-François Braunstein, auteur de #Lareligionwoke📚
✅   Selon lui, cette pensée qui a infusé les universités & les médias s'apparente davantage à une religion qu'une idéologie. https://twitter.com/i/broadcasts/1jMJgLAoXjOxL

|PRESSE|
✅«Armons notre raison contre la guerre», pour @Challenges, l’édito d'André Comte-Sponville.
✅ J’aurais dû me souvenir, comme le dit le philosophe Alain, que «ce sont les passions, et non les intérêts, qui mènent le monde».
✅ #GuerreEnUkraine

🔴📲 Un débat à suivre
🗓️ jeudi 9️⃣ février 🗓️
en live-tweet dès 8⃣:3⃣0⃣ sur notre compte Twitter.

|LIVE|🔴
⚠️Les dangers du #wokisme⚠️
✅   Nous en débattons autour du Pr. Jean-François Braunstein, auteur de #Lareligionwoke📚
✅   Selon lui, cette pensée qui a infusé les universités & les médias s'apparente davantage à une religion qu'une idéologie. https://twitter.com/i/broadcasts/1jMJgLAoXjOxL

🔴📲 Un débat à suivre 🗓️demain, jeudi 2 février,
en live-tweet dès 8⃣:3⃣0⃣ sur notre compte Twitter.

🆕|PUBLICATION|🆕
✅ Comment faire face à la #pénurie et à la #haussedesprix des #matièrespremières❓📈
✅🏭#énergie⚡️#alimentation🌾#minerais ⛏️#logistique 🚚 #transports⚓️...
✅ L'économiste #PhilippeChalmin répond à nos questions.
✅ #mondialisation🌏🔽

Image for twitter card

Comment faire face à la pénurie et à la hausse des prix des matières premières ?

issuu.com

🔜|DÉBAT|
✅Le ressentiment contemporain menace-t-il la #Démocratie❓
✅Comment prévenir & dépasser le ressentiment ? D’où provient-il ? Comment en protéger la Démocratie ? 🗳️
✅Nous en débattrons autour de la Pr. @CynthiaFleury (@LeCnam @MINES_ParisTech @Hospiphilo @GhuParis)

|📲 𝗡𝗼𝘂𝘃𝗲𝗮𝘂 𝘀𝗶𝘁𝗲, 💻 𝗻𝗼𝘂𝘃𝗲𝗮𝘂 𝗱𝗲𝘀𝗶𝗴𝗻, 🔎 𝗻𝗼𝘂𝘃𝗲𝗮𝘂𝘅 𝗰𝗼𝗻𝘁𝗲𝗻𝘂𝘀|
✅#Podcasts🎙️
✅#Vidéos🎥
✅#Paroledexperts 🧑‍🏫
✅#Publications✍🏻
✅Toujours gratuit et en libre accès 🆓🔓
✅Découvrez-le❗️
👉🏿 http://www.institutdiderot.fr

🔜|DÉBAT|
✅«Les dangers du #wokisme»⚠️
✅Bien plus qu’une simple vague de #foliepassagère, le philosophe Jean-François Braunstein, auteur de #Lareligionwoke (@EditionsGrasset), analysera les dérives de cette #idéologie aux 🇺🇸, en 🇪🇺 et en 🇫🇷.
✅#cancelculture #censure 📚📺🎞️📻📲

Charger plus de Tweets