La société du spectacle

Publié en 2014
Jean-Claude Seys Président de l'Institut Diderot, fondateur et vice-président du groupe Covéa qui réunit les mutuelles d’assurance MAAF, MMA et GMF.

On peut ne pas aimer Guy Debord pour la hargne qu’il semble nourrir à l’égard de tout ce qui n’est pas lui, on peut ne pas partager ses convictions philosophiques, mais on ne peut pas ne pas être frappé par la clairvoyance de ses analyses, datant de près de 50 ans. La société du spectacle impressionne par les conséquences délétères qu’il attribue à celle-ci.

La comparaison avec les analyses de son contemporain McLuhan, qu’il exécrait en raison de l’optimisme de ce dernier, est intéressante tant en raison de certaines convergences que de leurs différences.

Pour Debord, « la construction d’un présent (…) qui oublie le passé et qui ne donne pas l’impression de croire à un avenir, est obtenue par l’incessant passage circulaire de l’information, revenant à tout instant sur une liste très succincte des mêmes vétilles, annoncées passionnément comme d’importantes nouvelles ; alors que ne passent que rarement, et par brèves saccades, les nouvelles vraiment importantes, sur ce qui change effectivement. »[1] Debord ajoutait que « le mouvement de la démonstration spectaculaire se prouve simplement en marchant en rond : en revenant, en se répétant, en continuant d’affirmer (…). »[2]

Son explication du jeu social qui fait du citoyen un simple spectateur au profit de ceux qui alimentent le spectacle reste toutefois un peu courte concernant ces derniers. Il admet en effet que certains des acteurs qui se pensent en manipulateurs ne sont eux-mêmes que des marionnettes d’un phénomène qui se serait donc autonomisé pour partie.

Par ailleurs, si Debord a bien vu que la notion de vérité se dissolvait derrière l’ignorance des sources, que dirait-il aujourd’hui avec le développement d’Internet et des réseaux sociaux qu’on ne peut soupçonner d’être intégralement au service secret du capitalisme ?

[1] Commentaires sur la société du spectacle, Paris, Gallimard, coll. « nrf », p. 23.

[2] Ibid., p. 28.

Articles précédents

Désordres

23 Mai 2019

Le monde apparaît en plein désordre, partout et à quelque niveau qu’on le considère, du local au planétaire. Il en résulte beaucoup d’anxiété, de colère et de dépression. Cet état peut résulter de situations objectives : il est naturel que de pauvres paysans bousculés par les aléas climatiques se désespèrent. Dans nombre de cas toutefois, […]

Panem et circences

23 Mai 2019

On sous-estime à notre époque la pertinence de ce principe de la vie politique romaine. En fait son importance s’est accrue à mesure que le pain cessait d’être un problème. Le mouvement des gilets jaunes s’est formé à partir de revendications visant le niveau de vie, mais il a perduré parce qu’il comporte une dimension […]