S'inscrire à notre newsletter

Identité nationale

Publié en janvier 2015
Président de l'Institut Diderot, fondateur, président du groupe d’édition Humensis et président d’honneur du groupe Covéa qui réunit les mutuelles d’assurance MAAF, MMA, GMF et PartnerRe.

La grande manifestation du dimanche 11 janvier pose le problème de l’identité nationale : qu’est-ce qui fait qu’une multitude a le sentiment de constituer un groupe, au point que toute atteinte à l’un de ses membres est ressentie comme une agression par les autres ?

La traduction la plus claire de l’appartenance à une Nation est d’ordre juridique et administratif. Mais cela ne saurait fonder un sentiment d’appartenance commune. Il s’agit plutôt dans ce cas de postuler et de fonder un tel sentiment. En France, du fait du droit du sol, la dimension juridique renvoie au territoire. Mais la notion même de territoire national est contingente. Entre la France minimale du XIe siècle et celle du Premier Empire, que de différences ! Et depuis, des territoires se sont ajoutés : la Savoie, le Comté de Nice, les départements d’outre-mer. D’autres sont sortis, comme les départements d’Algérie. D’autres, enfin, comme l’Alsace, ont fait des allers-retours. L’adhésion des territoires à un ensemble plus vaste n’a pas toujours été volontaire et unanime. Elle reste fréquemment contestée comme on le voit en Écosse ou en Catalogne.

Sur ces territoires aux frontières mouvantes, les vagues de population n’ont cessé de se succéder. En ce qui concerne la France, Celtes, Romains, barbares, Normands sont venus se mélanger au peuplement antérieur, mouvements complétés par des arrivées de moindre ampleur, mais plus nombreuses, à la suite de guerres, révolutions, pogroms, crises économiques et colonisations. Un flux d’immigrations individuelles continu et infiniment diversifié a enfin contribué à mélanger gènes et cultures.

Dans le même temps, à chaque génération, une partie des populations installées disparaît sans laisser de descendance, au point que seul un quart des Français de 1789 auraient aujourd’hui des descendants.

Les phénomènes migratoires semblent avoir pris une grande importance. En particulier ceux qui vont de pays pauvres, surpeuplés, en guerre ou soumis à des tyrannies vers des pays mieux lotis. Mais on sait que, de toute manière, la population mondiale s’est développée à partir d’un petit noyau établi en Afrique de l’Est et qui, au fil des siècles, sous des pressions variées, a occupé tout l’espace disponible.

Il n’est pas évident que dans ce melting-pot Dieu puisse reconnaître les siens. Il est certain en revanche que les prétentions humaines à le faire ne sont pas fondées. En définitive, l’identité ne peut résulter que de la volonté de vivre ensemble sur la base de règles claires acceptées par tous.

0

Vous pourriez aussi être intéressés par

Sur le changement 05 2021

Sur le changement

Dans les sociétés modernes, le changement est devenu une valeur en soi et un synonyme de progrès, aussi la résistance au changement est-elle considérée comme […]

Lire la suite
Le blog de Jean-Claude Seys 02 2021

Le chaos

Les commentaires sur l’actualité donnent l’impression que le monde vit dans le chaos et qu’il s’agit là de la conséquence de l’incompétence des gouvernants. En […]

Lire la suite
Le blog de Jean-Claude Seys 12 2020

Retour à la normale

Tout le monde attend avec impatience la fin de la pandémie et le retour à une situation comparable à l’avant crise. Il est évident que […]

Lire la suite
Le blog de Jean-Claude Seys 10 2020

Être où ne pas être

La crise sanitaire, due au coronavirus, a provoqué une accélération du travail à distance. Mais cette évolution était déjà en cours et s’inscrivait dans un […]

Lire la suite
Le blog de Jean-Claude Seys 10 2020

Tous coupables ?

Une habitude se répand dans la société française consistant à condamner les « incivilités », pour reprendre l’expression désormais consacrée, tout en évitant d’en désigner les responsables. […]

Lire la suite

Suivez-nous sur Twitter

🎧|PODCAST|🎧
✅#Diplomatie #Sécurité #Politique #Numérique #Innovation #Economie #ModèleSocial #Travail #EconomieSociale #TransitionÉcologique #Ethique #Santé #Médecine & plus encore...
✅Retrouvez, en #libreaccès, tous nos #podcasts🎧
✅Disponible ici 👇
https://on.soundcloud.com/RZYmR

🎧|PODCAST|🎧
✅«L’#IntelligenceArtificielle au #travail»
✅Un marché de 400mds $ ~ en 2022 & qui devrait atteindre 1400mds $ d'ici 2030 mais qui pose des questions éthiques & réglementaires à traiter rapidement #IA🤖
✅L’analyse de Me Dulac-Gérardot👇🏽
https://on.soundcloud.com/3jP2f

🎥|VIDÉO|📹
✅Les nouvelles lignes d'affrontement dans un #mondenumérisé🌐🛡️
✅Dans un monde de porosités, où les champs de bataille ignorent les #frontières, Nicolas Arpagian [@cyberguerre] détaille pour nous les nouvelles formes de confrontations🌏🔥🔽

Image for twitter card

Frontií¨res.com : Les nouvelles lignes d‘affrontements dans un monde numérisé - Institut Diderot

TweetezPartagez

www.institutdiderot.fr

|📲 𝗡𝗼𝘂𝘃𝗲𝗮𝘂 𝘀𝗶𝘁𝗲, 💻 𝗻𝗼𝘂𝘃𝗲𝗮𝘂 𝗱𝗲𝘀𝗶𝗴𝗻, 🔎 𝗻𝗼𝘂𝘃𝗲𝗮𝘂𝘅 𝗰𝗼𝗻𝘁𝗲𝗻𝘂𝘀|
✅#Podcasts🎙️
✅#Vidéos🎥
✅#Paroledexperts 🧑‍🏫
✅#Publications✍🏻
✅Toujours gratuit et en libre accès 🆓🔓
✅Découvrez-le❗️
👉🏿 http://www.institutdiderot.fr

🔜|DÉBAT|
✅Le ressentiment contemporain menace-t-il la #Démocratie❓
✅Comment prévenir & dépasser le ressentiment ? D’où provient-il ? Comment en protéger la Démocratie ? 🗳️
✅Nous en débattrons autour de la Pr. @CynthiaFleury (@LeCnam @MINES_ParisTech @Hospiphilo @GhuParis)

🆕|PUBLICATION|🆕
✅Insécurité alimentaire & #changementclimatique
✅Les solutions apportées par les biotechnologies végétales🌾
✅Attention à ce que l'🇪🇺 & la 🇫🇷 ne réduisent pas définitivement leurs capacités de recherche & d’innovation ⚠️
via @issuu

Image for twitter card

Insécurité alimentaire & changement climatique : solutions apportées par les biotechno. végétales

issuu.com

|LIVE|🔴
⚠️Les dangers du #wokisme⚠️
✅   Nous en débattons autour du Pr. Jean-François Braunstein, auteur de #Lareligionwoke📚
✅   Selon lui, cette pensée qui a infusé les universités & les médias s'apparente davantage à une religion qu'une idéologie. https://twitter.com/i/broadcasts/1jMJgLAoXjOxL

|PRESSE|
✅«Armons notre raison contre la guerre», pour @Challenges, l’édito d'André Comte-Sponville.
✅ J’aurais dû me souvenir, comme le dit le philosophe Alain, que «ce sont les passions, et non les intérêts, qui mènent le monde».
✅ #GuerreEnUkraine

🔴📲 Un débat à suivre
🗓️ jeudi 9️⃣ février 🗓️
en live-tweet dès 8⃣:3⃣0⃣ sur notre compte Twitter.

Charger plus de Tweets