Espérances de vie

Publié en octobre 2015

Président de l'Institut Diderot, fondateur et vice-président du groupe Covéa qui réunit les mutuelles d’assurance MAAF, MMA et GMF.

On sait que les habitants des sociétés développées vivent longtemps. En France, les dernières statistiques accordent aux hommes une espérance de vie de 79 et aux femmes de 85 ans. Ce qu’on désigne par espérance de vie sans plus de précision, c’est l’espérance de vie à la naissance, c’est-à-dire l’âge auquel une moitié seulement des personnes nées une même année sera encore en vie. Le grand public ignore le plus souvent cette définition et considère l’espérance de vie comme la durée de vie « normale », c’est-à-dire l’âge qu’une personne peut espérer raisonnablement atteindre si elle n’est pas victime d’un coup du sort. Cette interprétation sous-évalue largement la réalité de l’espérance de vie qui subsiste au-delà de l’espérance de vie à la naissance. À 79 ans, un homme a encore une chance sur deux de vivre 10 ans. À 85 ans, l’espérance de vie d’une femme est encore de 8 années. Le même calcul refait au terme de ces durées donne encore aux survivants des espérances de vie respectives de 6 et 5 ans. Un quart des hommes dépassera 89 ans et un huitième 95 ans. Pour les femmes, les chiffres sont respectivement 93 et 98 ans, âges auxquels il reste bien entendu encore une espérance de vie. Le grand public tend donc à sous-évaluer la probabilité de vivre très vieux et, simultanément, la fréquence des morts prématurées : un quart des Français meurent entre la naissance et 65 ans, dont une bonne partie de morts évitables, et un autre quart entre 65 et 82 ans, espérance de vie à la naissance moyenne des Français.

Lorsqu’on évoque le dynamisme démographique d’un pays, on considère essentiellement le volume de la population et sa variation. Lorsque cette dernière est négative, comme dans la plupart des pays européens, le vieillissement est un facteur d’affaiblissement supplémentaire. Le dynamisme économique s’en ressent et les politiques d’immigration qui n’en tiennent pas compte ont peu de chance de se concrétiser.

0

Vous pourriez aussi être intéressés par

Le blog de Jean-Claude Seys
09 2021

La santé et son coût

Le ministère de la santé a fait étudier l’hypothèse d’une évolution du système de financement de la santé, en semblant privilégier l’idée d’une nationalisation des […]

Lire la suite
La bureaucratie
03 2021

La bureaucratie

La bureaucratisation n’a cessé de progresser dans notre pays et tout le monde s’en plaint désormais. La pandémie, en mettant en évidence diverses incohérences de […]

Lire la suite
Le blog de Jean-Claude Seys
01 2021

Et si la pandémie s’installait durablement ?

Depuis près d’un an, les spéculations alarmistes entretiennent inquiétudes et pessimisme de manière excessive. L’industrie pharmaceutique a conçu plusieurs types de vaccins en un temps […]

Lire la suite
Le blog de Jean-Claude Seys
06 2020

Les leçons de la crise sanitaire

La crise que nous venons de vivre appelle une réflexion sur sa gestion par l’État et les leçons qu’on peut en tirer pour l’avenir. Les […]

Lire la suite
Le blog de Jean-Claude Seys
06 2020

Le COVID-19 et le PIB

La crise sanitaire a provoqué une chute brutale du PIB, de l’ordre de 10% sur l’année. Pour important que soit ce chiffre, il ne reflète […]

Lire la suite
Le blog de Jean-Claude Seys
04 2020

L’espérance de vie

La pandémie du Covid-19 ravive dans l’esprit du public la peur de la mort qu’il s’efforce habituellement de bannir de ses pensées. Statistiquement, la probabilité […]

Lire la suite
Charger plus de Tweets