S'inscrire à notre newsletter

Encore moins de consensus

Publié en avril 2014
Président de l'Institut Diderot, fondateur, président du groupe d’édition Humensis et président d’honneur du groupe Covéa qui réunit les mutuelles d’assurance MAAF, MMA, GMF et PartnerRe.

Il est de bon ton de stigmatiser « la politique de café du commerce », c’est-à-dire tout propos politique supposé du niveau des échanges entre piliers de bar auxquels échapperait la subtilité des problèmes.

Ce jugement péjoratif est fondé, dans la mesure où rechercher une solution simple à un problème complexe témoigne d’une grande naïveté. Malheureusement, dans un monde très complexe, personne ne maîtrise totalement l’ensemble des données d’un problème et bien des décisions politiques prises au plus haut niveau pâtissent du caractère incomplet des analyses sur lesquelles elles sont fondées.

D’une manière générale, moins on prend en compte de dimensions d’un problème, plus la solution apparente en est évidente, mais plus elle a d’effets collatéraux négatifs, ceux-ci pouvant vite dépasser l’effet positif recherché. Ainsi, lorsqu’un gouvernement constate qu’un produit ou un service est trop cher, il peut décider d’en plafonner le prix. À la conséquence immédiate recherchée succède la disparition de l’offre ou sa réduction, souvent accompagnée de la création d’un marché parallèle à prix plus élevé.

Les décisions ayant, du fait d’analyses trop partielles, des conséquences négatives supérieures aux effets positifs attendus sont nombreuses. Ainsi la recherche d’un supplément de recettes fiscales par la réduction des avantages fiscaux pour l’emploi à domicile, pour prendre un exemple récent, s’est traduite par une réduction des recettes fiscales et sociales et par une offre de travail moindre, donc une augmentation du chômage.

Hétérogénéité de la société, extension du politique à toute la vie sociale et, désormais, à la vie privée : outre ces éléments déjà présentés comme autant d’éléments rendant difficile un consensus démocratique, les différences de niveau d’analyse et de compréhension des différents problèmes auxquels est confrontée la société constituent un autre obstacle.

Au total, en dehors de situations dramatiques, l’élaboration de consensus devient pratiquement impossible, ce qui expose nos sociétés à un double risque. Soit le déclin, en raison d’une incapacité de prendre des décisions, constat que l’on fait en l’attribuant au manque de courage des dirigeants alors qu’elle résulte simplement du nouvel état de nos sociétés. Soit une dérive vers des régimes plus autoritaires, probablement d’essence bureaucratique.

0

Vous pourriez aussi être intéressés par

Le blog de Jean-Claude Seys 04 2020

La politique et les experts

La crise du Covid-19 a mis en lumière la montée en puissance d’une nouvelle forme de pouvoir: l’expertise technique. Le rôle du savoir n’est pas […]

Lire la suite
Le blog de Jean-Claude Seys 03 2020

Catastrophe et politique

Tout pays connaît, au cours de son histoire des évènements qui affectent douloureusement sa population. Ces catastrophes, quelle qu’en soit la nature, ont un impact […]

Lire la suite
Le blog de Jean-Claude Seys 03 2020

individualisme et grégarisme

L’individualisme progresse. De moins en moins de personnes acceptent des contraintes venant de l’environnement, qu’il soit proche comme la famille ou lointain comme l’État, alors […]

Lire la suite
Le blog de Jean-Claude Seys 02 2020

Post-vérité

L’idée selon laquelle il n’y a pas de vérité, défendue par certains intellectuels représentatifs de la postmodernité, choque le sens commun. Elle ouvre en effet, […]

Lire la suite
Le blog de Jean-Claude Seys 02 2020

Insultes à la religion

Une polémique s’est récemment installée dans la presse à propos des déclarations du ministre de la justice selon laquelle «l’insulte à la religion est une […]

Lire la suite

Suivez-nous sur Twitter

|LIVE|🔴
⚠️Les dangers du #wokisme⚠️
✅   Nous en débattons autour du Pr. Jean-François Braunstein, auteur de #Lareligionwoke📚
✅   Selon lui, cette pensée qui a infusé les universités & les médias s'apparente davantage à une religion qu'une idéologie. https://twitter.com/i/broadcasts/1jMJgLAoXjOxL

|PRESSE|
✅«Armons notre raison contre la guerre», pour @Challenges, l’édito d'André Comte-Sponville.
✅ J’aurais dû me souvenir, comme le dit le philosophe Alain, que «ce sont les passions, et non les intérêts, qui mènent le monde».
✅ #GuerreEnUkraine

🔴📲 Un débat à suivre
🗓️ jeudi 9️⃣ février 🗓️
en live-tweet dès 8⃣:3⃣0⃣ sur notre compte Twitter.

|LIVE|🔴
⚠️Les dangers du #wokisme⚠️
✅   Nous en débattons autour du Pr. Jean-François Braunstein, auteur de #Lareligionwoke📚
✅   Selon lui, cette pensée qui a infusé les universités & les médias s'apparente davantage à une religion qu'une idéologie. https://twitter.com/i/broadcasts/1jMJgLAoXjOxL

🔴📲 Un débat à suivre 🗓️demain, jeudi 2 février,
en live-tweet dès 8⃣:3⃣0⃣ sur notre compte Twitter.

🆕|PUBLICATION|🆕
✅ Comment faire face à la #pénurie et à la #haussedesprix des #matièrespremières❓📈
✅🏭#énergie⚡️#alimentation🌾#minerais ⛏️#logistique 🚚 #transports⚓️...
✅ L'économiste #PhilippeChalmin répond à nos questions.
✅ #mondialisation🌏🔽

Image for twitter card

Comment faire face à la pénurie et à la hausse des prix des matières premières ?

issuu.com

🔜|DÉBAT|
✅Le ressentiment contemporain menace-t-il la #Démocratie❓
✅Comment prévenir & dépasser le ressentiment ? D’où provient-il ? Comment en protéger la Démocratie ? 🗳️
✅Nous en débattrons autour de la Pr. @CynthiaFleury (@LeCnam @MINES_ParisTech @Hospiphilo @GhuParis)

|📲 𝗡𝗼𝘂𝘃𝗲𝗮𝘂 𝘀𝗶𝘁𝗲, 💻 𝗻𝗼𝘂𝘃𝗲𝗮𝘂 𝗱𝗲𝘀𝗶𝗴𝗻, 🔎 𝗻𝗼𝘂𝘃𝗲𝗮𝘂𝘅 𝗰𝗼𝗻𝘁𝗲𝗻𝘂𝘀|
✅#Podcasts🎙️
✅#Vidéos🎥
✅#Paroledexperts 🧑‍🏫
✅#Publications✍🏻
✅Toujours gratuit et en libre accès 🆓🔓
✅Découvrez-le❗️
👉🏿 http://www.institutdiderot.fr

🔜|DÉBAT|
✅«Les dangers du #wokisme»⚠️
✅Bien plus qu’une simple vague de #foliepassagère, le philosophe Jean-François Braunstein, auteur de #Lareligionwoke (@EditionsGrasset), analysera les dérives de cette #idéologie aux 🇺🇸, en 🇪🇺 et en 🇫🇷.
✅#cancelculture #censure 📚📺🎞️📻📲

Charger plus de Tweets