Élites

Publié en 2014
Jean-Claude Seys Président de l'Institut Diderot, fondateur et vice-président du groupe Covéa qui réunit les mutuelles d’assurance MAAF, MMA et GMF.

Depuis le vote sur le Traité de Maastricht, il est devenu courant d’opposer les élites et le peuple, « la France d’en haut et la France d’en bas » pour reprendre l’expression de Jean-Pierre Raffarin.

Cette opposition, somme toute éternelle, ne fait pas apparaître l’essentiel, à savoir le changement intervenu dans ces « élites ».

Selon la définition classique, l’élite est un groupe des personnes considérées comme supérieures aux autres du point de vue de l’intelligence, de la culture, du courage, du rang social et de la fortune, et plus particulièrement le groupe des personnes remarquables sur plusieurs de ces critères simultanément.

L’appartenance à l’élite résulte donc d’une reconnaissance accordée par un groupe à certains de ses membres. Celle-ci peut être partiellement contrainte quand elle prend en compte le statut social, mais, libre ou forcée, elle repose sur un consensus large quant à certaines caractéristiques jugées importantes pour la collectivité.

Désormais, la situation a changé : ce ne sont pas ces caractéristiques qui définissent l’appartenance à l’élite, mais les médias. La jeune écervelée ou le cuisinier amateur qu’un concours télévisé a promu à une gloire instantanée acquièrent ainsi un statut auquel le professeur le plus cultivé, le plus compétent et le plus dévoué ne saurait prétendre, sauf à participer lui aussi à la société du spectacle.

L’élite nouvelle inclut, certes, des personnes qui de tout temps lui eussent appartenu. Mais cette appartenance actuelle n’est due dorénavant qu’à leur élection par les médias, non à leurs qualités personnelles.

Chacun peut donc s’estimer membre de l’élite à la seule condition de se faire reconnaître en s’insérant dans la société du spectacle.

Il en résulte une dévaluation des valeurs qui, autrefois, caractérisaient le groupe, et qui perdent de ce fait, au grand dam de la société dans son ensemble, leur pouvoir d’émulation et de reproduction.

Articles précédents

Quelques remarques sur les inégalités de revenus et de patrimoine

15 Mar 2019

Depuis 40 ans, les inégalités de revenus et davantage encore celles de patrimoine ne cessent de progresser dans le monde. Ce phénomène a des conséquences économiques et sociales  très préoccupantes, mais il a une signification politique dont la perception reste encore confuse. Les notions de revenus et de patrimoine ont été forgées historiquement pour décrire […]

Des morts sans importance

15 Mar 2019

Pour la morale, le droit  et dans le discours politiquement correct, toutes les vies se valent. Dans la réalité, l’opinion n’accorde évidemment pas la même importance à tous et exprime une émotion très variable selon les cas. La personnalité du de cujus explique partiellement ces différences : la mort d’une jeune victime et celle de […]