S'inscrire à notre newsletter

Des causes et des effets

Publié en avril 2013
Président de l'Institut Diderot, fondateur, président du groupe d’édition Humensis et président d’honneur du groupe Covéa qui réunit les mutuelles d’assurance MAAF, MMA, GMF et PartnerRe.

On constate, dans bien des environnements, une dégradation des processus de décision. Sans doute la complexité du monde rend-elle les choses difficiles. La spécialisation à laquelle elle conduit emporte bien des limites. On croit parfois y remédier en se contenant de se limiter à une question ou à un de ses aspects. Mais les mêmes inconvénients sont les mêmes, sans les avantages de la spécialisation. Car toute la difficulté réside dans le fait que les problèmes ont de multiples causes et des effets collatéraux. Chercher une solution sans connaître ces causes et ces effets n’amènera donc pas grand-chose.

C’est pourtant ainsi que sont abordés de nombreux sujets. Par exemple, le cumul des mandats électifs. La notion de cumul n’est pas populaire, ce qui semble justifier cette orientation. Il ne s’agit pourtant que d’un élément d’une problématique plus large, qu’on se garde d’évoquer, celle des conditions permettant à la population de participer de manière légitime et efficace aux élections et aux responsabilités.

Théoriquement, tout membre d’une société démocratique doit pouvoir se présenter aux charges électives, et il appartient aux électeurs d’apprécier la valeur des idées des candidats et leur compétence pour les mettre en œuvre.

Pour être compétent, il faut se préparer longuement. Dire que tout membre de la société peut se présenter aux élections implique donc qu’il peut se préparer.

Comment ?

Les voies actuellement possibles sont peu nombreuses et relativement fermées. Les grandes écoles et les cabinets ministériels en sont une. Les appareils politiques en sont une autre. Elles ne concernent qu’une infime partie de la population. Peut-être faudrait-il imaginer des cursus assurant une montée en compétence progressive des citoyens intéressés par la chose publique. À défaut, on feint de considérer qu’il faut moins de compétence pour les rôles politiques les plus complexes que pour les multiples emplois et fonctions, parfois très modestes, dont les États soumettent désormais l’exercice à des exigences draconiennes.

Le second problème qu’on évite soigneusement de poser est le sort financier de l’élu. Pendant le mandat, il n’y a pas trop de problèmes, mais la perspective de l’après-mandat est de nature à décourager beaucoup de vocations. Dans la Grèce antique, à Athènes, seuls étaient électeurs et éligibles les propriétaires n’ayant pas besoin de travailler. C’était une conception cohérente qui ne répond pas au critère d’universalité de la démocratie moderne.

Pendant longtemps en France, les fonctions électives ont été essentiellement détenues par des propriétaires, des industriels, des rentiers ou des représentants de quelques professions considérées comme compatibles avec des fonctions électives, comme celle de médecin ou d’avocat, ou dont une interruption temporaire n’empêchait pas, au terme du mandat, la reprise dans des conditions satisfaisantes.

Désormais l’essentiel de la population française vit de son travail, salarié ou non, dans des conditions qui ne sont compatibles ni avec une fonction élective autre que modeste et locale, ni, en cas d’abandon, avec une reprise après une interruption de durée parfois longue et toujours aléatoire. Cette situation réduit le nombre de personnes raisonnablement éligibles aux fonctionnaires, aux rentiers, aux riches, à quelques professions et à ceux qui acceptent un risque qu’ils vont tenter de limiter par un ensemble de cheminements malsains qu’on prétend combattre aujourd’hui : la corruption, le cumul des mandats ou des carrières d’apparatchiks des partis, prioritairement et pour cette raison intéressés à la survie du parti avant de l’être au bon fonctionnement des institutions.

On peut légitimement se demander pour quelle raison on laisse perdurer des conditions qui, derrière le paravent de l’égalité, restreignent ainsi la possibilité pour le plus grand nombre de se préparer et d’accéder aux fonctions électives.

0

Vous pourriez aussi être intéressés par

Sur le changement 05 2021

Sur le changement

Dans les sociétés modernes, le changement est devenu une valeur en soi et un synonyme de progrès, aussi la résistance au changement est-elle considérée comme […]

Lire la suite
Le blog de Jean-Claude Seys 02 2021

Le chaos

Les commentaires sur l’actualité donnent l’impression que le monde vit dans le chaos et qu’il s’agit là de la conséquence de l’incompétence des gouvernants. En […]

Lire la suite
Le blog de Jean-Claude Seys 12 2020

Retour à la normale

Tout le monde attend avec impatience la fin de la pandémie et le retour à une situation comparable à l’avant crise. Il est évident que […]

Lire la suite
Le blog de Jean-Claude Seys 10 2020

Être où ne pas être

La crise sanitaire, due au coronavirus, a provoqué une accélération du travail à distance. Mais cette évolution était déjà en cours et s’inscrivait dans un […]

Lire la suite
Le blog de Jean-Claude Seys 10 2020

Tous coupables ?

Une habitude se répand dans la société française consistant à condamner les « incivilités », pour reprendre l’expression désormais consacrée, tout en évitant d’en désigner les responsables. […]

Lire la suite

Suivez-nous sur Twitter

🎧|PODCAST|🎧
✅#Diplomatie #Sécurité #Politique #Numérique #Innovation #Economie #ModèleSocial #Travail #EconomieSociale #TransitionÉcologique #Ethique #Santé #Médecine & plus encore...
✅Retrouvez, en #libreaccès, tous nos #podcasts🎧
✅Disponible ici 👇
https://on.soundcloud.com/RZYmR

🎧|PODCAST|🎧
✅«L’#IntelligenceArtificielle au #travail»
✅Un marché de 400mds $ ~ en 2022 & qui devrait atteindre 1400mds $ d'ici 2030 mais qui pose des questions éthiques & réglementaires à traiter rapidement #IA🤖
✅L’analyse de Me Dulac-Gérardot👇🏽
https://on.soundcloud.com/3jP2f

🎥|VIDÉO|📹
✅Les nouvelles lignes d'affrontement dans un #mondenumérisé🌐🛡️
✅Dans un monde de porosités, où les champs de bataille ignorent les #frontières, Nicolas Arpagian [@cyberguerre] détaille pour nous les nouvelles formes de confrontations🌏🔥🔽

Image for twitter card

Frontií¨res.com : Les nouvelles lignes d‘affrontements dans un monde numérisé - Institut Diderot

TweetezPartagez

www.institutdiderot.fr

|📲 𝗡𝗼𝘂𝘃𝗲𝗮𝘂 𝘀𝗶𝘁𝗲, 💻 𝗻𝗼𝘂𝘃𝗲𝗮𝘂 𝗱𝗲𝘀𝗶𝗴𝗻, 🔎 𝗻𝗼𝘂𝘃𝗲𝗮𝘂𝘅 𝗰𝗼𝗻𝘁𝗲𝗻𝘂𝘀|
✅#Podcasts🎙️
✅#Vidéos🎥
✅#Paroledexperts 🧑‍🏫
✅#Publications✍🏻
✅Toujours gratuit et en libre accès 🆓🔓
✅Découvrez-le❗️
👉🏿 http://www.institutdiderot.fr

🔜|DÉBAT|
✅Le ressentiment contemporain menace-t-il la #Démocratie❓
✅Comment prévenir & dépasser le ressentiment ? D’où provient-il ? Comment en protéger la Démocratie ? 🗳️
✅Nous en débattrons autour de la Pr. @CynthiaFleury (@LeCnam @MINES_ParisTech @Hospiphilo @GhuParis)

🆕|PUBLICATION|🆕
✅Insécurité alimentaire & #changementclimatique
✅Les solutions apportées par les biotechnologies végétales🌾
✅Attention à ce que l'🇪🇺 & la 🇫🇷 ne réduisent pas définitivement leurs capacités de recherche & d’innovation ⚠️
via @issuu

Image for twitter card

Insécurité alimentaire & changement climatique : solutions apportées par les biotechno. végétales

issuu.com

|LIVE|🔴
⚠️Les dangers du #wokisme⚠️
✅   Nous en débattons autour du Pr. Jean-François Braunstein, auteur de #Lareligionwoke📚
✅   Selon lui, cette pensée qui a infusé les universités & les médias s'apparente davantage à une religion qu'une idéologie. https://twitter.com/i/broadcasts/1jMJgLAoXjOxL

|PRESSE|
✅«Armons notre raison contre la guerre», pour @Challenges, l’édito d'André Comte-Sponville.
✅ J’aurais dû me souvenir, comme le dit le philosophe Alain, que «ce sont les passions, et non les intérêts, qui mènent le monde».
✅ #GuerreEnUkraine

🔴📲 Un débat à suivre
🗓️ jeudi 9️⃣ février 🗓️
en live-tweet dès 8⃣:3⃣0⃣ sur notre compte Twitter.

Charger plus de Tweets