S'inscrire à notre newsletter

Déclin ou pas ?

Publié en janvier 2015
Président de l'Institut Diderot, fondateur, président du groupe d’édition Humensis et président d’honneur du groupe Covéa qui réunit les mutuelles d’assurance MAAF, MMA, GMF et PartnerRe.

De nombreuses voix s’élèvent pour regretter le déclin de la France. D’autres contestent cette thèse en taxant ses auteurs de déclinisme – attitude négative non fondée selon eux, voire responsable des maux qu’elle dénonce.

La question n’a, à proprement parler, aucun sens. Pour affirmer qu’il y a déclin ou progrès, il faut un repère et une mesure de l’évolution. Dire que la température progresse a un sens. Pour des situations caractérisées par de multiples dimensions incommensurables, il est impossible de se représenter de façon synthétique la direction du mouvement.

Aussi la sensation de déclin, si elle est ressentie, ne peut-elle être que le résultat d’une appréciation subjective, à partir de critères importants pour celui qui l’éprouve. La perte de ses privilèges a dû être ressentie comme la fin du monde par une partie de l’aristocratie et celle des empires coloniaux par ceux qui avaient intégré leur existence comme un élément permanent de la grandeur du pays.

Chacun peut trouver dans le maelstrom de changements qui se produisent en permanence de quoi justifier pessimisme ou optimisme. Les évolutions négatives sont toutefois vivement ressenties par ceux qui les subissent, tandis que les évolutions positives n’apparaissent pas toujours immédiatement à ceux auxquels elles bénéficieront. La  transformation de la France en désert à cause du changement climatique serait une catastrophe pour ses habitants actuels et une excellente nouvelle pour les chameliers, qui ne se posent toutefois pas encore la question.

Un bon exemple est donné par la contestation des indices de prix. Les consommateurs sont sensibles aux hausses de prix et peu aux baisses, notamment à celles qui leur rendent accessibles certaines consommations. La baisse du prix des téléphones portables n’apparaît pas comme une compensation de la hausse du prix du steak. Elle peut même se traduire par un sentiment de contrainte financière supplémentaire imputable au niveau général des prix alors que c’est une consommation nouvelle qui en est la cause.

Tout changement implique des perdants, plutôt du côté des situations acquises, du moins pour ce qui est du ressenti (les travailleurs sont plus sensibles à l’évolution qui leur fait perdre leur emploi que les chômeurs dont la même évolution rend leur sortie du chômage plus problématique). Il implique aussi des gagnants.

Le déclinisme, si on veut vraiment lui donner un sens, serait de se résigner à ne pas faire partie de ces derniers.

0

Vous pourriez aussi être intéressés par

Sur le changement 05 2021

Sur le changement

Dans les sociétés modernes, le changement est devenu une valeur en soi et un synonyme de progrès, aussi la résistance au changement est-elle considérée comme […]

Lire la suite
Le blog de Jean-Claude Seys 02 2018

Déclin ou pas ?

Beaucoup de commentateurs de la vie moderne y voient la marche vers un déclin inéluctable : la place de la France dans le monde se rétrécit : […]

Lire la suite
Le blog de Jean-Claude Seys 04 2014

Les Chiffres

Les chiffres jouent à notre époque un rôle très important dans la communication et donc dans la vie des sociétés contemporaines. On peut pourtant leur […]

Lire la suite

Suivez-nous sur Twitter

🎧|PODCAST|🎧
✅#Diplomatie #Sécurité #Politique #Numérique #Innovation #Economie #ModèleSocial #Travail #EconomieSociale #TransitionÉcologique #Ethique #Santé #Médecine & plus encore...
✅Retrouvez, en #libreaccès, tous nos #podcasts🎧
✅Disponible ici 👇
https://on.soundcloud.com/RZYmR

🎧|PODCAST|🎧
✅«L’#IntelligenceArtificielle au #travail»
✅Un marché de 400mds $ ~ en 2022 & qui devrait atteindre 1400mds $ d'ici 2030 mais qui pose des questions éthiques & réglementaires à traiter rapidement #IA🤖
✅L’analyse de Me Dulac-Gérardot👇🏽
https://on.soundcloud.com/3jP2f

🎥|VIDÉO|📹
✅Les nouvelles lignes d'affrontement dans un #mondenumérisé🌐🛡️
✅Dans un monde de porosités, où les champs de bataille ignorent les #frontières, Nicolas Arpagian [@cyberguerre] détaille pour nous les nouvelles formes de confrontations🌏🔥🔽

Image for twitter card

Frontií¨res.com : Les nouvelles lignes d‘affrontements dans un monde numérisé - Institut Diderot

TweetezPartagez

www.institutdiderot.fr

|📲 𝗡𝗼𝘂𝘃𝗲𝗮𝘂 𝘀𝗶𝘁𝗲, 💻 𝗻𝗼𝘂𝘃𝗲𝗮𝘂 𝗱𝗲𝘀𝗶𝗴𝗻, 🔎 𝗻𝗼𝘂𝘃𝗲𝗮𝘂𝘅 𝗰𝗼𝗻𝘁𝗲𝗻𝘂𝘀|
✅#Podcasts🎙️
✅#Vidéos🎥
✅#Paroledexperts 🧑‍🏫
✅#Publications✍🏻
✅Toujours gratuit et en libre accès 🆓🔓
✅Découvrez-le❗️
👉🏿 http://www.institutdiderot.fr

🔜|DÉBAT|
✅Le ressentiment contemporain menace-t-il la #Démocratie❓
✅Comment prévenir & dépasser le ressentiment ? D’où provient-il ? Comment en protéger la Démocratie ? 🗳️
✅Nous en débattrons autour de la Pr. @CynthiaFleury (@LeCnam @MINES_ParisTech @Hospiphilo @GhuParis)

🆕|PUBLICATION|🆕
✅Insécurité alimentaire & #changementclimatique
✅Les solutions apportées par les biotechnologies végétales🌾
✅Attention à ce que l'🇪🇺 & la 🇫🇷 ne réduisent pas définitivement leurs capacités de recherche & d’innovation ⚠️
via @issuu

Image for twitter card

Insécurité alimentaire & changement climatique : solutions apportées par les biotechno. végétales

issuu.com

|LIVE|🔴
⚠️Les dangers du #wokisme⚠️
✅   Nous en débattons autour du Pr. Jean-François Braunstein, auteur de #Lareligionwoke📚
✅   Selon lui, cette pensée qui a infusé les universités & les médias s'apparente davantage à une religion qu'une idéologie. https://twitter.com/i/broadcasts/1jMJgLAoXjOxL

|PRESSE|
✅«Armons notre raison contre la guerre», pour @Challenges, l’édito d'André Comte-Sponville.
✅ J’aurais dû me souvenir, comme le dit le philosophe Alain, que «ce sont les passions, et non les intérêts, qui mènent le monde».
✅ #GuerreEnUkraine

🔴📲 Un débat à suivre
🗓️ jeudi 9️⃣ février 🗓️
en live-tweet dès 8⃣:3⃣0⃣ sur notre compte Twitter.

Charger plus de Tweets