Choc de simplification

Publié en septembre 2014

Président de l'Institut Diderot, fondateur et vice-président du groupe Covéa qui réunit les mutuelles d’assurance MAAF, MMA et GMF.

Le monde moderne est complexe et on peut penser que la complexité des affaires humaines en est une conséquence naturelle.

Ce n’est pas toujours le cas, loin de là !

Ainsi, si la Révolution de 1789 a des causes multiples, une des principales étant la complexité effarante de l’organisation économique de l’époque, largement à l’origine de la pauvreté du plus grand nombre et couverture de beaucoup d’iniquités. Pourtant, l’économie, essentiellement agricole, ne présentait pas une grande complexité. C’est la multiplicité des droits locaux et nationaux, des interdits nombreux aux origines souvent anciennes et aux fondements oubliés, les obligations, les privilèges, qui empêchaient ceux dont le travail faisait vivre toute la société de travailler efficacement, tout en les réduisant à la misère. Turgot, le génial ministre de l’Économie de Louis XVI, l’avait parfaitement compris. Le préambule de son arrêté de libéralisation du commerce des grains de septembre 1774 explique à quel point la multitude de règlements visant à assurer un approvisionnement sûr et bon marché des populations est nuisible. Elle crée la rareté, le prix élevé des denrées, des trafics et des rentes de situations parasitaires et, en fin de compte, la misère des peuples. On retrouve dans la réglementation actuelle de l’urbanisme et du logement le même fatras de bonnes intentions et de dispositions qui aboutissent au contraire de l’effet recherché. Les prix augmentent, au détriment des plus pauvres, et au profit des situations acquises ‒ celles-ci n’étant jamais, comme le dit très bien Turgot, qu’une iniquité puisqu’elles rémunèrent un service qui n’est plus rendu.

Turgot a supprimé quelques-uns des freins au développement, mais les puissants de l’époque, notamment l’Église, ont réussi à défendre une grande partie de leurs privilèges. Il a fallu une révolution pour que s’écroulent ces barrages.

0

Vous pourriez aussi être intéressés par

Endettement : la controverse
03 2021

Endettement : la controverse

De plus en plus de débats opposent partisans d’une annulation de la dette publique à ceux pour qui elle doit être remboursée, au premier rang […]

Lire la suite
Le blog de Jean-Claude Seys
02 2021

Niveau de vie

La monnaie est à la fois l’étalon de mesure de la valeur des biens et le moyen de les acquérir. L’argent représente donc la richesse […]

Lire la suite
Le blog de Jean-Claude Seys
01 2021

L’avenir de la dette

L’endettement mondial atteint des sommets et les États continuent à emprunter pour éviter les conséquences de la pandémie. Les économistes s’affolent : comment va-t-on gérer […]

Lire la suite
Le blog de Jean-Claude Seys
01 2021

Croissance ou décroissance ?

Les excès de la société de consommation, qui sont indéniables, inspirent des idéologies favorables à la décroissance. Elle serait, selon elles, nécessaire pour la planète […]

Lire la suite
Le blog de Jean-Claude Seys
12 2020

Retour à la normale

Tout le monde attend avec impatience la fin de la pandémie et le retour à une situation comparable à l’avant crise. Il est évident que […]

Lire la suite
Le blog de Jean-Claude Seys
09 2020

Un changement de paradigme

L’argent représente, depuis qu’existe la monnaie, la valeur suprême. Celle qui est échangeable à tout moment avec n’importe quel autre bien, peut se conserver dans […]

Lire la suite
Charger plus de Tweets