Brexit or not Brexit ?

Publié en 2016
Jean-Claude Seys Président de l'Institut Diderot, fondateur et vice-président du groupe Covéa qui réunit les mutuelles d’assurance MAAF, MMA et GMF.

Le référendum sur le maintien, ou non, dans l’Union européenne du Royaume-Uni est l’occasion pour les protagonistes et les médias de mettre en évidence toutes les conséquences spectaculaires, notamment boursières, d’une sortie de l’Union et des réactions émotionnelles, les conséquences seront minimes ; la Grande-Bretagne n’est en effet qu’à moitié membre de l’Europe. Elle a refusé de participer à l’Euro et obtenu une multitude d’autres dérogations.

Au soir du jeudi 23 juin, en cas de Brexit, elle sera membre de l’espace économique européen (dont la plupart des observateurs oublient l’existence et la substance).

D’une situation où elle se trouve à moitié dehors, elle deviendrait à moitié dedans …

À plus long terme, c’est différent. C’est une source d’incertitude majeure. À travers le problème de l’Écosse, par exemple, l’Europe serait amenée à choisir entre favoriser l’intégrité des États – en annonçant refuser l’adhésion automatique de l’Écosse – ou leur éclatement, ce qui serait une cause de grand désordre…

Mais cela serait peut-être aussi l’occasion de reconstruire mieux ce qui l’a mal été …

Ce n’est pas la fin de l’histoire, c’est son éternel recommencement … Toujours pareille et toujours différente à la fois.

 

Articles similaires

Pour un compte personnel des flux entre le citoyen et l’État

15 Jan 2019

La fiscalité est toujours une source de frustration pour le citoyen qui voit disparaître à travers elle une partie de ce qu’il a eu tant de mal à gagner. Un citoyen libre veut l’être non seulement de ses pensées et de ses actions, mais aussi de l’emploi de son revenu, ce dont le privent l’impôt […]

Le choix du cap, base de l’efficacité

11 Jan 2019

Le niveau de vie des Français est un des plus élevé du monde ; néanmoins la révolte des gilets jaunes démontre qu’il y a beaucoup d’insatisfaction, davantage apparemment que dans beaucoup de pays objectivement moins prospères. Il est vrai qu’on manque d’emplois, même si d’aucuns s’en accommodent et préfère le chômage à des emplois peu gratifiants ; […]