Alzheimer

Publié en novembre 2015

Président de l'Institut Diderot, fondateur et vice-président du groupe Covéa qui réunit les mutuelles d’assurance MAAF, MMA et GMF.

alzheimerLes causes de la démence sont difficiles à appréhender notamment en raison des influences réciproques entre le somatique et le psychique. Des tests neuropsychologiques permettent de repérer assez tôt certains symptômes précurseurs de la maladie d’Alzheimer et de diagnostiquer un stade prodromal, c’est-à-dire avant le déficit cognitif léger. Pour autant, la maladie ne se manifeste pas systématiquement et, inversement, certains facteurs semblent en avancer la survenance bien plus tôt que les tests ne le donneraient à penser.

Sans doute le psychique joue-t-il un rôle déterminant dans ces décalages entre ce qu’annonce le corps et la manifestation de la maladie. Ne négligeons pas l’influence du positionnement social de la personne, sa culture, ses contacts, en gros l’intensité et la richesse de sa vie personnelle.

Or, les dernières années de sa vie sont pour chacun une expérience traumatisante susceptible de provoquer la fuite dans la maladie, refuge contre la réalité comme dans beaucoup d’autres cas où la vie est trop difficile. Le refus de la mort se trouve aggravé par le sentiment d’inutilité, la disparition ou l’éloignement des proches ainsi qu’une forme physique dégradée qui condamne à souvent l’inaction.
Beaucoup d’associations s’efforcent d’alléger la détresse des personnes âgées isolées en leur consacrant du temps et de l’attention afin de maintenir au minimum le lien social. C’est un secours précieux. Les praticiens hospitaliers parlent de soins palliatifs pour les malades en fin de vie. Ce lien social est, lui aussi, palliatif.

En se dévouant aux autres, chacun peut espérer ralentir la neuro-dégénérescence qui risque d’affecter un jour ou l’autre sa propre autonomie. En se créant des obligations et en entretenant des liens, il semble possible de réunir des conditions favorables à notre maintien en forme et s’offrir des années de répit supplémentaires face à la maladie

Paraphrasant Mac Luhan, on pourrait dire que l’action, dans ce cas, est le remède.

0

Vous pourriez aussi être intéressés par

Le blog de Jean-Claude Seys
09 2021

La santé et son coût

Le ministère de la santé a fait étudier l’hypothèse d’une évolution du système de financement de la santé, en semblant privilégier l’idée d’une nationalisation des […]

Lire la suite
La bureaucratie
03 2021

La bureaucratie

La bureaucratisation n’a cessé de progresser dans notre pays et tout le monde s’en plaint désormais. La pandémie, en mettant en évidence diverses incohérences de […]

Lire la suite
Le blog de Jean-Claude Seys
01 2021

Et si la pandémie s’installait durablement ?

Depuis près d’un an, les spéculations alarmistes entretiennent inquiétudes et pessimisme de manière excessive. L’industrie pharmaceutique a conçu plusieurs types de vaccins en un temps […]

Lire la suite
Le blog de Jean-Claude Seys
06 2020

Les leçons de la crise sanitaire

La crise que nous venons de vivre appelle une réflexion sur sa gestion par l’État et les leçons qu’on peut en tirer pour l’avenir. Les […]

Lire la suite
Le blog de Jean-Claude Seys
06 2020

Le COVID-19 et le PIB

La crise sanitaire a provoqué une chute brutale du PIB, de l’ordre de 10% sur l’année. Pour important que soit ce chiffre, il ne reflète […]

Lire la suite
Le blog de Jean-Claude Seys
03 2020

Les leçons du Coronavirus

Il appartient aux autorités sanitaires de tirer les leçons de l’épidémie en cours sur le plan médical mais d’autres enseignements, potentiellement plus importants, peuvent nous […]

Lire la suite
Charger plus de Tweets