Une assemblée nationale plus représentative ? Mandature 2017-2022.

Institut Diderot

0

L’Assemblée nationale vient de connaître un rajeunissement impressionnant ainsi que des progrès spectaculaires dans la parité homme-femme et la représentation des «minorités visibles».
Selon sa méthode éprouvée, Keslassy ne se contente pas de vues d’ensemble ou de considérations abstraites, il analyse dans le détail, chiffres en mains, tous les aspects du contexte. Il inscrit sa réflexion dans une perspective évolutive. Comment les nouvelles organisations politiques nées des initiatives du nouveau président de la République se structurent-elles et fonctionnent-elles ? Vont-elles permettre la reconstitution d’un système politique qui préserverait les électeurs de toute lassitude politique, au sens noble du terme, et du dégoût de la «chose publique», qu’ils ont exprimé et qu’ils expriment, aujourd’hui encore, au quotidien ?
Reste que l’ambiguë « transparence » apparaît comme la seule valeur qui ait résisté au « dégagisme » de ce printemps 2017. Or, la politique n’est pas la morale appliquée, mais un art. C’est toujours sur un rapport de forces que s’exerce cet art en faveur ou non de l’intérêt général. L’ignorer, c’est prendre le risque de laisser la violence et les troubles civils se donner libre cours. C’est pourquoi on peut espérer que le désir de renouvellement de nos concitoyens trouve des implications sociales dans leur vie quotidienne.

Télécharger le PDF

Partager.

A propos de l'intervenant

Institut Diderot

Laisser un commentaire


*