Réflexions sur la recherche française…

Publié en 2018 Télécharger le PDF Consulter le document
Raymond Piccoli Astrophysicien, Raymond Piccoli est Directeur du Laboratoire de Recherche sur la Foudre (unité de recherche Pégase). Consultant-expert international, il est spécialiste des effets de la foudre au point d’impact. Président du Comité Scientifique du Symposium International sur la Foudre et les Phénomènes Orageux, expert pour plusieurs agences gouvernementales, il est l’auteur de plusieurs livres de vulgarisation scientifique, et donne chaque année de nombreuses conférences.
Publication suivante
Publication précédente

C’est sur l’état présent de la recherche française que porte l’analyse de Raymond Piccoli. Le diagnostic est sévère. S’interrogeant sur l’avenir de l’enseignement supérieur dans notre pays, l’auteur le présente comme un « système en perdition ».
L’enthousiasme a disparu des laboratoires, la science semble y avoir perdu son âme. Au désir de connaître s’est substituée la peur de l’incertain. Tout un système s’est mis en place qui a connu ces dernières années des remaniements et des « innovations » bureaucratiques toujours plus dures. Le mode de fonctionnement de la recherche obéit ainsi à un principe d’hypercentralisation et d’hyperhiérarchisation.
Et les chercheurs passent, aujourd’hui, une part essentielle de leur temps à répondre à des sortes d’appels d’offres conçus sur le modèle de l’industrie, sans atteindre l’efficacité du monde industriel.
Raymond Piccoli montre avec force les blocages et les absurdités d’un système qu’il est urgent de fluidifier. Il nous adresse un message de terrain en provenance du monde scientifique à destination du législateur.

par Raymond Piccoli

Vous pourriez aussi être intéressés par

logo Institut Diderot

L’avenir de la bioéthique

Jean Leonetti
logo Institut Diderot

Le système de santé privé en Espagne : quels enseignements pour la France ?

Didier Bazzocchi
logo Institut Diderot

Quelles menaces numériques dans un monde hyperconnecté ?

Nicolas Arpagian
logo Institut Diderot

L’avenir de la justice sociale

Laurent Berger