L’imposture climatique ou la fausse écologie

Publié en 2010
Claude Allègre Ancien ministre de l’Éducation nationale de la Recherche et de la Technologie, Claude Allègre est professeur émérite à l’Institut universitaire de France, à l’université Denis-Diderot (P7) et à l’Institut de physique du globe de Paris. Prix Crafoord et la Médaille d'or du CNRS, il est membre de l’Académie des sciences, de l’Académie des sciences des États-Unis et de la Royal Society.
Publication suivante
Publication précédente

Plon, février 2010

Selon des prédictions alarmistes, l’homme serait responsable du dérèglement climatique, par suite de son développement anarchique qui saccagerait, polluerait la Nature et provoquerait un catastrophique réchauffement. Il faudrait donc arrêter la croissance, mettre fin à notre système de société fondée sur la libre entreprise et la liberté individuelle et revenir au « bon vieux temps » (qui d’ailleurs n’était pas bon !) à une société frugale, bien contrôlée par ceux qui pensent pour vous ! Seul le sauvage aurait compris la logique de la vie humaine sur la Planète car la Nature le domine et il la respecte ! La Nature avant l’Homme. Voilà l’avenir. A quand le retour des druides ? Il faut revenir sur Terre !

Scientifiquement, la prévision du climat à l’échelle du siècle est aujourd’hui illusoire faute de connaître suffisamment bien le complexe système climatique. Ce doute n’implique pas pour autant que nous pensons que l’augmentation du CO2 de l’atmosphère soit sans danger.

Mais ce qui est sans doute le plus nocif dans cette affaire du « réchauffement climatique » c’est que l’on occulte les autres problèmes écologiques. On ne réagit que par des interdictions et des taxations et non des solutions.
Nous ne sommes en rien des partisans du « business as usual » qui nieraient l’urgence écologique. Mais nous pensons que tous les problèmes qui se posent à la Planète – démographie (cause première), manque d’eau, énergie, épuisement des ressources minières, traitement des déchets, pollutions y compris le CO2, perte de la biodiversité, pollution des océans – peuvent être résolus par l’innovation et que les nouvelles techniques doivent être les leviers d’une croissance permettant la réduction des inégalités et l’établissement d’un meilleur équilibre Homme-Nature. C’est un message d’amour et de confiance dans l’Homme et sa capacité à s’adapter aux changements.

 

Par Claude ALLEGRE

Conférences similaires

Musa Ismail Hakki

Turquie : perspectives européennes et régionales

pierre Vermeren

Quels défis pour l’Algérie d’aujourdhui

Michel Aglietta Jacques Sapir et

L’avenir de la Zone Euro

Jean Leonetti

L’avenir de la bioéthique