L’avenir du droit international

Publié en 2011 Télécharger le PDF Consulter le document
Monique Chemillier-Gendreau Professeur émérite de droit public et de sciences politiques à l’université Paris Diderot (P7), Présidente d’honneur de l’European Association of Lawyers for Democracy and Human Rights in the World - www.eldh.eu.
Publication suivante
Publication précédente

La question de savoir si le droit international a un avenir mérite d’être posée, tant la société mondiale actuelle connaît de déséquilibres et de violences.Le droit a pour objectif de pacifier les relations humaines, mais il faut qu’il soit considéré par les intéressés comme une norme acceptée et reconnue entre eux. Tel qu’il s’est développé, le droit international régit mal les relations entre États car il est peu familier aux sociétés autres que les sociétés occidentales qui l’ont forgé. Et, l’ouverture du monde nécessite, parallèlement à un droit entre les États, un véritable droit mondial qui régirait les rapports directs entre les humains découlant d’enjeux universels. Cette part-là ne connaît que des balbutiements et, pour l’essentiel, elle est à inventer. Or, la réflexion en cours et les propositions formulées ne sont pas à la hauteur de l’urgence.

Par Monique CHEMILLIER-GENDREAU

Vous pourriez aussi être intéressés par

logo Institut Diderot

Le maquis des aides sociales

Jean-Pierre Gualezzi
logo Institut Diderot

L’avenir de la bioéthique

Jean Leonetti
logo Institut Diderot

Le système de santé privé en Espagne : quels enseignements pour la France ?

Didier Bazzocchi
logo Institut Diderot

Quelles menaces numériques dans un monde hyperconnecté ?

Nicolas Arpagian