L’avenir de la nouvelle Russie

Publié en 2014 Télécharger le PDF Consulter le document
Alexandre Adler Directeur scientifique de la chaire de géopolitique de l’Université Paris-Dauphine, Éditorialiste au Figaro et à Europe1.
Publication suivante
Publication précédente

Dans « L’avenir de la nouvelle Russie », Alexandre Adler n’esquive aucun des aspects de la « crise ukrainienne » qui est venue donner à son propos une très brûlante actualité. Il analyse, il juge et prend position. L’Ukraine, c’est le coeur de la Russie, la nation ukrainienne n’existe pas, pas plus qu’une supposée identité linguistique ou religieuse véritablement propre. L’Ukraine a partagé toutes les épreuves historiques du peuple russe. Il est donc faux de voir soudain ce pays comme un repaire de nazis et de nationalistes.!

Selon Alexandre Adler, c’est de la capacité de l’Europe à nouer des liens positifs avec la Russie, « puissance européenne » comme le rappelait Diderot en son temps, que dépend l’avenir des uns et des autres. Face aux islamistes virulents, nous avons les mêmes intérêts que la Russie. Attachons-nous donc à des projets communs concrets comme la ré-industrialisation de nos pays, imaginons une véritable normalisation des rapports entre la Russie et l’Europe. C’est la face du monde qui pourra s’éclairer d’un jour nouveau, en Europe d’abord, mais en Syrie aussi et dans tout le Moyen-Orient. Les responsables politiques et économiques des États-Unis le savent bien, et le redoutent. Ils y perdraient leur hégémonie mondiale.

L’Union soviétique est désormais bien loin de nous ! Il serait grave de donner à la Russie de demain le sentiment que, après un quart de siècle, nous ne nous en sommes pas encore aperçus…

par Alexandre ADLER

Vous pourriez aussi être intéressés par

logo Institut Diderot

L’avenir de la bioéthique

Jean Leonetti
logo Institut Diderot

Le système de santé privé en Espagne : quels enseignements pour la France ?

Didier Bazzocchi
logo Institut Diderot

Quelles menaces numériques dans un monde hyperconnecté ?

Nicolas Arpagian
logo Institut Diderot

L’avenir de la justice sociale

Laurent Berger