La charte

Le monde qui vient se présente sous le signe de l’incertitude.
Le débat public se focalise sur les crises qui interrompent par surprise les années d’insouciance. Citoyens et décideurs en subissent les conséquences.

Identifier et maîtriser cette incertitude implique aujourd’hui de rénover nos outils de réflexion.
Un effort de vision prospective est indispensable pour détecter et analyser les faits porteurs d’avenir. Les bases mêmes de l’économie, du droit et de la politique doivent être repensées.

La tradition mutualiste invite à inscrire l’ensemble de ces questions dans une perspective humaniste plus large.
Il s’agit de penser à nouveau le développement économique à partir d’une vision globale de l’être humain, de contribuer à réactualiser le projet de l’économie sociale et à en diffuser le concept.

Un tel effort ne peut s’accomplir que par le rapprochement du monde de la recherche et de celui de l’entreprise.
Il doit associer, dans une démarche commune, chercheurs de toutes disciplines et acteurs économiques pour prendre la mesure des transformations en cours et ouvrir de nouveaux horizons pour l’action.

Des objectifs ambitieux

L’Institut Diderot a été créé début 2009 pour :

Rapprocher dans une démarche prospective commune les deux mondes de la recherche – sciences de la nature et sciences de l’homme – du monde économique.

  • Contribuer à libérer la réflexion sur la société des partis pris idéologiques périmés qui pèsent encore sur elle.
  • Agir à l’échelle internationale pour la diffusion du concept et des valeurs réactualisées de l’économie sociale.

Des contributions au débat public

  • Dossiers thématiques proposant des analyses réflexives et prospectives,
  • Notes d’actualité,
  • Lettre d’informations,
  • Séminaires et colloques sur des sujets définis par le conseil d’orientation,
  • Petits déjeuners thématiques,
  • Rapport annuel.