Rentabilité ?

Publié en 2013
Jean-Claude Seys Président de l'Institut Diderot, fondateur et vice-président du groupe Covéa qui réunit les mutuelles d’assurance MAAF, MMA et GMF.

Pour beaucoup de Français, le terme de rentabilité est un gros mot et, bizarrement, les personnes les plus éduquées sont souvent les plus choquées par le mot et le sens qu’elles lui accordent. Les caricaturistes l’associent fréquemment à des personnages à la Daumier, gros hommes en jaquette fumant le cigare, image stigmatisant les capitalistes contemporains de Marx.

Que certains dédaignent l’argent pour eux-mêmes et méprisent ceux qui l’adorent, comme les chrétiens des premiers temps, est un choix moral parfaitement acceptable.

Que d’autres estiment qu’une société heureuse repose sur une relative égalité de fortune est une thèse parfaitement défendable.

Mais la critique de la rentabilité a, le plus souvent, un sens très différent et plutôt stupéfiant : quand un médecin, par exemple, condamne la soi-disant recherche de la rentabilité par l’hôpital public, il ne prône pas le dépouillement, thèse qui n’a de valeur qu’appliquée à soi-même, ni la recherche d’un nivellement social qui s’opposerait à l’accumulation de richesses dans des mains déjà pourvues. Il affirme que ceux qui décident des dépenses n’ont pas à se préoccuper de leur montant ni de savoir qui les paie. En effet, la soi-disant recherche de la rentabilité n’est pas ici celle d’un profit pour un investisseur. Elle exprime simplement le souci de ne pas trop peser sur la collectivité et de ne le faire qu’après s’être assuré que la charge qui lui est imposée est minimale pour le service rendu, sans gaspillage ni prébende.

Sans doute ceux qui vitupèrent le plus contre la recherche de la rentabilité tout en vivant de la manne publique ont-ils intérêt à habiller d’honorables préoccupations morales leur peu de considération pour les efforts supportés par la collectivité. Mais les cris les plus forts ne changent rien à la réalité.

Articles similaires

Le déclin des États

11 Déc 2018

Les sociétés archaïques étaient simples : les clans étaient composés de sous-groupes – les hommes, les femmes, les prêtres, les guerriers par exemple – dont chacun avait ses règles et usages propres, mais ensemble ils formaient un tout ; un individu existait dans le tout à travers son groupe, lui-même indissociable de l’ensemble. Les sociétés modernes s’opposent […]

De l’idée au fait

11 Déc 2018

L’aptitude à la conceptualisation est dans la concurrence entre les hommes pour le pouvoir politique ou économique un avantage certain car elle favorise l’analyse du réel et la recherche de solutions aux problèmes, qui constitue l’essentiel du rôle des dirigeants. Mais ce processus de sélection a aussi un inconvénient dans la mesure où il crée […]