Le numérique et l’emploi

Publié en 2014
Jean-Claude Seys Président de l'Institut Diderot, fondateur et vice-président du groupe Covéa qui réunit les mutuelles d’assurance MAAF, MMA et GMF.

Le développement du numérique aura des effets importants sur l’emploi : son volume, puisque c’est un facteur de productivité, sa nature, puisqu’il supprime des emplois traditionnels et en engendre de nouveaux, et son cadre juridique parce que les nouveaux emplois s’accommoderont souvent mal de l’emploi salarié classique.

Cette évolution mérite une attention particulière, mais elle est également intéressante pour ce qu’elle révèle de la situation de la France. Le rapport de Philippe Lemoine sur le numérique[1] montre, certes, que les ressources intellectuelles de notre pays impliquées dans le développement du numérique sont de très bon niveau par rapport aux autres pays. Pourtant le recours du numérique en France accuse un retard, dont on peut penser que la raison est culturelle. Ainsi, la publicité en ligne se développe quatre fois moins vite qu’en Grande-Bretagne et le nombre d’entreprises ayant déjà vendu par Internet est encore très faible. La plupart des innovations numériques se font au contact de la clientèle alors que le marketing français est le plus souvent pratiqué en chambre.

Ces quelques indications semblent montrer que les entreprises ne perçoivent pas le numérique comme une clef du futur, mais plutôt comme une menace contre laquelle elles demandent la protection des pouvoirs publics.

[1] La nouvelle grammaire du succès – La transformaiton numérique de l’économie française, Rapport au gouvernement remis le 7 novembre 2014. Disponible sur :

http://www.economie.gouv.fr/files/files/PDF/rapport_TNEF.pdf.

Articles similaires

Le déclin des États

11 Déc 2018

Les sociétés archaïques étaient simples : les clans étaient composés de sous-groupes – les hommes, les femmes, les prêtres, les guerriers par exemple – dont chacun avait ses règles et usages propres, mais ensemble ils formaient un tout ; un individu existait dans le tout à travers son groupe, lui-même indissociable de l’ensemble. Les sociétés modernes s’opposent […]

De l’idée au fait

11 Déc 2018

L’aptitude à la conceptualisation est dans la concurrence entre les hommes pour le pouvoir politique ou économique un avantage certain car elle favorise l’analyse du réel et la recherche de solutions aux problèmes, qui constitue l’essentiel du rôle des dirigeants. Mais ce processus de sélection a aussi un inconvénient dans la mesure où il crée […]