Gouvernance et long terme

Publié en 2013
Jean-Claude Seys Président de l'Institut Diderot, fondateur et vice-président du groupe Covéa qui réunit les mutuelles d’assurance MAAF, MMA et GMF.

Il existe un consensus, en politique comme en entreprise, sur le fait que la réalisation d’objectifs importants requiert du temps et qu’il est donc nécessaire d’inscrire l’action dans une vision à long terme. On constate pourtant peu de réalisations conformes à ce consensus. Bien sûr, l’exercice est difficile. Peu de personnes sont capables de le faire, et même, tout simplement, de le vouloir.

La principale source de difficultés ne tient toutefois pas à l’insuffisance des hommes, mais à celle des organisations et des procédures.

Le fonctionnement des démocraties électives illustre très bien ce phénomène. Lorsqu’une majorité change à la suite d’un mouvement d’opinion, serait-il de 2 % de l’électorat et fondé sur quelque problème ponctuel, les orientations politiques peuvent changer du tout au tout. Or les plus importantes ont un caractère non réversible. Ce qui est fait est fait. Si une majorité déclare une guerre, la majorité suivante ne peut qu’en gérer les conséquences et non faire qu’elle n’ait pas été engagée.

Ce mécanisme est illustré d’une manière caricaturale en France, où se sont succédé des majorités organisant une société très protectrice sur le plan social et d’autres ayant accepté le jeu de la concurrence internationale. Les partisans de ces deux orientations peuvent estimer que seule la leur est valable. Sans prendre parti entre les deux, on peut constater qu’elles sont incompatibles et, toutes deux, largement irréversibles. L’addition des effets des politiques opposées conduit à une impasse : la France s’est dotée d’un système de protection sociale qui ne lui permet pas d’affronter la concurrence internationale à laquelle elle s’est elle-même exposée, notamment en renonçant à sa monnaie.

En fait, les exemples abondent et le fait que l’Europe n’ait pas choisi entre la voie de l’extension et celle de l’approfondissement est de nature assez proche même si le mouvement de balancier n’a pas pour cause un mouvement aussi net qu’une élection, mais les changements dans l’influence relative des États.

Articles similaires

Le déclin des États

11 Déc 2018

Les sociétés archaïques étaient simples : les clans étaient composés de sous-groupes – les hommes, les femmes, les prêtres, les guerriers par exemple – dont chacun avait ses règles et usages propres, mais ensemble ils formaient un tout ; un individu existait dans le tout à travers son groupe, lui-même indissociable de l’ensemble. Les sociétés modernes s’opposent […]

De l’idée au fait

11 Déc 2018

L’aptitude à la conceptualisation est dans la concurrence entre les hommes pour le pouvoir politique ou économique un avantage certain car elle favorise l’analyse du réel et la recherche de solutions aux problèmes, qui constitue l’essentiel du rôle des dirigeants. Mais ce processus de sélection a aussi un inconvénient dans la mesure où il crée […]